José Ensch – Il faut t’asseoir au nord de toi-même…

Il faut t’asseoir au nord de toi-même
et puis au sud
établir ensuite un axe
pour tenir debout
le temps du désamour

La mer tiendra dans ton poing
si tu arrêtes tes larmes
et ta maison sera dans la clé

Empoigne le bois
le soleil se lèvera dans sa sciure
près du cirque vide
d’où auront fui les fauves
et ton cheval blond enchaîné

Elles auraient pu durer encore
les roses
mais tu ne l’as pas voulu vraiment…

Sens la fraîcheur de la nouvelle croix
La liberté s’inaugure
lourde mais si légère aussi
dans son humilité

Axe fumant à présent…
va vers le rien
quelqu’un t’y accueillera.

***

José Ensch (1942-2008)Le profil et les ombres (Librairie Bleue, 1995)

Publicités

~ par schabrieres sur juin 11, 2018.

2 Réponses to “José Ensch – Il faut t’asseoir au nord de toi-même…”

  1. […] über José Ensch – Il faut t’asseoir au nord de toi-même… — BEAUTY WILL SAVE THE WORLD […]

    Aimé par 1 personne

  2. […] https://schabrieres.wordpress.com/2018/06/11/jose-ensch-il-faut-tasseoir-au-nord-de-toi-meme/ […]

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :