Vicente Huidobro – L’homme gai

Il ne pleuvra plus
Mais quelques larmes encore
Brillent dans ta chevelure

UN HOMME SAUTE DANS LE SOLEIL

Ses yeux sont pleins de la poussière
de tous les chemins
Et sa chanson ne pousse pas sur ses lèvres

Le jour se casse contre les vitres
Et les angoisses
se sont évanouies

Le monde est plus clair
que mon miroir

Le vol des oiseaux
et les cris des enfants
Sont de la même couleur

PAR DESSUS LES ARBRES
PLUS HAUTS QUE LE CIEL
On entend les cloches

*

El hombre alegre

Ya no lloverá más
Pero algunas lágrimas aún
Brillan en tu cabellera

UN HOMBRE SALTA EN EL SOL

Sus ojos están llenos del polvo
de todos los caminos
Y su canción no brota en sus labios

El día se rompe contra los vidrios
Y las angustias
se han desvanecido

El mundo es más claro
que mi espejo
El vuelo de los pájaros
y los gritos de los niños
Son del mismo color

POR ENCIMA DE LOS ÁRBOLES
MÁS ALTOS QUE EL CIELO
Se oyen las campanas

***

Vicente Huidobro (Chili, 1893-1948)Horizon Carré / Horizonte cuadrado (1917)

Publicités

~ par schabrieres sur juillet 10, 2018.

2 Réponses to “Vicente Huidobro – L’homme gai”

  1. Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :