Julio Cortázar – Commande

Ne m’accorde pas de répit, ne me pardonne jamais.
Harcèle mon sang, que chaque cruauté soit toi qui reviens.
Ne me laisse pas dormir, éloigne de moi la paix !
Alors je gagnerai mon royaume
et lentement je naîtrai.
Ne me perds pas comme une musique facile, ne sois pas caresse ni gant,
taille-moi comme un silex, désespère-moi.
Garde ton amour humain, ton sourire, tes cheveux. Donne-les.
Que vienne vers moi ta colère sèche d’allumette et d’écailles.
Crie. Vomis du sable dans ma bouche, casse-moi la gueule.
T’ignorer en plein jour m’importe peu
et savoir que tu joues face au soleil et à l’homme.
Partage-le.

Je te demande la dure cérémonie de l’entaille,
ce que personne ne te demande : les épines
jusqu’à l’os. Arrache-moi ce visage infâme,
Oblige-moi à crier enfin mon véritable nom.

*

Encargo

No me des tregua, no me perdones nunca.
Hostígame en la sangre, que cada cosa cruel sea tú que vuelves.
¡No me dejes dormir, no me des paz!
Entonces ganaré mi reino,
naceré lentamente.
No me pierdas como una música fácil, no seas caricia ni guante;
tállame como un sílex, desespérame.
Guarda tu amor humano, tu sonrisa, tu pelo. Dálos.
Ven a mí con tu cólera seca de fósforo y escamas.
Grita. Vomítame arena en la boca, rómpeme las fauces.
No me importa ignorarte en pleno día,
saber que juegas cara al sol y al hombre.
Compártelo.

Yo te pido la cruel ceremonia del tajo,
lo que nadie te pide: las espinas
hasta el hueso. Arráncame esta cara infame,
oblígame a gritar al fin mi verdadero nombre.

*

Commission

Don’t give me respite, don’t ever forgive me.
Harass me in my blood, so that each cruel thing would be you returning.
Don’t let me sleep, don’t give me peace!
Then I shall win my kingdom,
be born slowly.
Don’t drop me like easy music, don’t be a caress or a kid glove;
carve me like quartzite, undo me.
Keep your human love, your smile, your hair. Give them away.
Come to me with your dry anger of phosphorus and fish scales.
Scream. Vomit sand into my mouth, break my maw.
It’s nothing to ignore you the whole day long,
knowing that you play your face openly to the sun and to man.
Share it.

I ask for the cruel beheading,
I ask for what no one asks: thorns
to the very bone. Wrest from me this vile face of mine,
force me finally to shout my true name.

Paris, 1951/1952

***

Julio Cortázar (1914-1984)Salvo el crepúsculo (1984)Crépuscule d’automne (Corti, 2010) – Traduit de l’espagnol (Argentine) par Silvia Baron Supervielle – Translated by Calvin Harlan, Manuel Menan and Beatriz Varela.

~ par schabrieres sur septembre 13, 2018.

5 Réponses to “Julio Cortázar – Commande”

  1. Je ne savais pas que Julio Cortazar était un pseudo…

    Aimé par 1 personne

    • « En 1938, il publie un recueil de poésies, renié plus tard, sous le pseudonyme de Julio Denis. » (Wikipedia).

      « Un petit volume de sonnets, au titre prometteur, Presencia (Présence), publié à Buenos Aires sous le pseudonyme de Julio Denis, en 1938, concentre toutes les fortes liqueurs poétiques que le jeune professeur a absorbées pendant ses heures de loisir et patiemment redistillées dans son propre alambic, à l’écart des rumeurs du monde, dans ce temple d’une Idée de la Beauté que Baudelaire et Mallarmé — modèles avoués et célébrés — l’ont aidé à se construire aussi sûrement que son professeur Arturo Marasso à qui est dédié ce livre. Ces vers raffinés, policés à l’extrême et souvent fort précieux, ne constituent certes pas le meilleur de la production poétique de Julio Cortázar — lequel, pressentant lui-même, avec un sens aigu de l’autocritique dont il ne se départit jamais, que ce coup d’essai n’était pas un coup de maître, avait pris soin de les publier, je le rappelle, sous un pseudonyme, par la suite, à les faire réimprimer. »
      Karine Berriot – Julio Cortazar : l’enchanteur (Presses de la Renaissance , 1988)

      Aimé par 1 personne

  2. Magnifique,  merci ! Bernard

    Aimé par 1 personne

  3. Pas étonnant que ce soit un pseudo, Vincent, à lire le dernier vers.

    Aimé par 1 personne

  4. […] [Texte découvert sur le site « beauty will save the world », voir le lien ci-dessous] https://schabrieres.wordpress.com/2018/09/13/julio-cortazar-commande/ […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
En toutes lettres

Arts et culture

À mes heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :