Jorge Carrera Andrade – Jours impairs

Il y a des jours qui se lèvent très tôt
Avec leurs yeux bovins et leur front assombri
Sans se rappeler leur nom peut-être
Se trompent-ils de semaine.

Des jours où nous ne trouvons ni noms de rues ni dates,
Nous oublions les roses et les nombres,
Et les fenêtres nous montrent leurs images revêches.

Nous ne savons plus ce que sont devenus la clé du coffre-fort
Ni le serment d’amour en anneau transformé,
Nous sommes aux prises avec des lettres et des mémoires,
Nous confondons l’ombre et un habit.

Jours de sable qui détraquent les pendules,
Où nous descendons des escaliers de cendre.
Où tous les murs de la maison nous refoulent
Tandis que nous cherchons en vain la porte de sortie.

*

Días impares

Hay días que amanecen muy temprano
con sus ojos de buey y su frente nublada,
sin recordar su nombre
acaso equivocados de semana.

Días en que no hallamos las calles y las fechas,
nos rehusa la luz su guía pura
olvidamos las rosas y los números,
las ventanas nos muestran sólo estampas adustas.

Extraviamos la llave del tesoro,
la consigna de amor convertida en anillo,
batallamos con cartas y memorias,
confundimos la sombra y un vestido.

Días de arena, que hacen sucumbir los relojes,
días en que bajamos peldaños de ceniza,
en que todos los muros de la casa nos niegan
y buscamos en vano la puerta de salida.

*

Displaced Days

There are days when dawn comes very early
With ox-eyes and a cloudy forehead, days
With unremembered names,
Perhaps a mistake made in the week.

Days on which we can not find streets or dates
And the light denies us its pure beacon,
We forget roses and numbers,
Windows reveal only sullen vistas.

The key to the treasure has gone astray,
Love’s watchword converted into a ring,
We struggle with letters and memories,
We mistake the shadows for a dress.

Days of sand which immobilize clocks,
Days in which we descend steps of ashes
On which every wall in the house denies us
And we look in vain for the door to freedom.

***

Jorge Carrera Andrade (1903-1978)Lugar de origen 1945-1947 – Poesias Escogidas (1945) – Poésies choisies – Traduit de l’espagnol (Equateur) par René L.F. Durand et Anne-Marie Kennett – Selected Poems of Jorge Carrera Andrade (State University of New York Press, 1972)  – Translated by H.R. Hays.

~ par schabrieres sur septembre 21, 2018.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

À nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :