Billy Collins – Ma vie

Parfois je la vois comme une ligne droite
tracée avec un crayon et une règle
traversant le cercle du monde

ou comme un doigt perçant
un rond de fumée, désinvolte, curieux,

puis le soleil se lèvera
ou le téléphone sonnera
et je cesserai de me demander

si c’est une chose,
un gros ballon d’air et de mémoire,
ou toutes sortes de choses,
une succession de petites villes rurales,
une route sombre qui les traverse.

Disons que c’est un champ,
que je laboure chaque jour,
que je laboure en chantant,
où ensuite je me couche dans l’un des sillons,

ou bien, maintenant qu’elle est à moitié passée,
une porte entrouverte,
de la pluie ruisselant des gouttières.

Comme la tienne, cela pourrait être n’importe quoi,
un nid avec un oeuf,
un corridor menant à mille pièces,
tout ce qui se met à flotter dans l’espace
quand je ferme les yeux

ou quand je regarde à la fenêtre
plus de quelques minutes,
si bien que certains jours je me dis
que c’est tout et rien à la fois.

Mais ce matin, assis sur mon lit,
portant mon pull noir et mes lunettes,
les rideaux tirés et les fenêtres ouvertes,

Je suis un lac, mon poème est une barque vide,
et ma vie est la brise qui souffle
à travers toute la scène

faisant osciller tout ce qu’elle touche,
la surface de l’eau, la voile tremblante,
même les lourds arbres feuillus le long du rivage.

*

My Life

Sometimes I see it as a straight line
drawn with a pencil and a ruler
transecting the circle of the world

or as a finger piercing
a smoke ring, casual, inquisitive,

but then the sun will come out
or the phone will ring
and I will cease to wonder

if it is one thing,
a large ball of air and memory,
or many things,
a string of small farming towns,
a dark road winding through them.

Let us say it is a field
I have been hoeing every day,
hoeing and singing,
then going to sleep in one of its furrows,

or now that it is more than half over,
a partially open door,
rain dripping from the eaves.

Like yours, it could be anything,
a nest with one egg,
a hallway that leads to a thousand rooms—
whatever happens to float into view
when I close my eyes

or look out a window
for more than a few minutes,
so that some days I think
it must be everything and nothing at once.

But this morning, sitting up in bed,
wearing my black sweater and my glasses,
the curtains drawn and the windows up,

I am a lake, my poem is an empty boat,
and my life is the breeze that blows
through the whole scene

stirring everything it touches—
the surface of the water, the limp sail,
even the heavy, leafy trees along the shore.

***

Billy Collins (né en 1941 à New York)Picnic, Lightning (University of Pittsburgh, 1998) – Traduit de l’américain par Stéphane Chabrières.

~ par schabrieres sur janvier 28, 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

À nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :