Nicanor Parra – Solo de piano

Puisque la vie d’un homme n’est qu’une action à distance,
Un peu de mousse qui brille à l’intérieur d’un verre ;
Puisque les arbres ne sont que des meubles qui s’agitent :
Rien que des chaises et des tables en mouvement perpétuel ;
Puisque nous-mêmes ne sommes que des êtres
(Comme le dieu n’est pas autre chose que dieu)
Puisque nous ne parlons plus pour être écoutés
Mais pour que les autres parlent
Et l’écho est antérieur aux voix qui le produisent ;
Puisque nous n’avons même plus la consolation d’un chaos
Dans le jardin qui bâille et se remplit d’air,
Un casse-tête qu’il faut résoudre avant de mourir
Afin de pouvoir ressusciter tranquillement après
Quand on s’est trop servi des femmes ;
Puisqu’il existe aussi un ciel dans l’enfer,
Laissez-moi faire certaines choses :

Je veux faire un bruit avec les pieds
Et je veux que mon âme trouve son corps.

*

Solo de piano

Ya que la vida del hombre no es sino una acción a distancia,
Un poco de espuma que brilla en el interior de un vaso;
Ya que los árboles no son sino muebles que se agitan:
No son sino sillas y mesas en movimiento perpetuo;
Ya que nosotros mismos no somos más que seres
(Como el dios mismo no es otra cosa que dios)
Ya que no hablamos para ser escuchados
Sino que para que los demás hablen
Y el eco es anterior a las voces que lo producen;
Ya que ni siquiera tenemos el consuelo de un caos
En el jardín que bosteza y que se llena de aire,
Un rompecabezas que es preciso resolver antes de morir
Para poder resucitar después tranquilamente
Cuando se ha usado en exceso de la mujer;
Ya que también existe un cielo en el infierno,
Dejad que yo también haga algunas cosas:

Yo quiero hacer un ruido con los pies
Y quiero que mi alma encuentre su cuerpo.

*

Piano Solo

Since man’s life is nothing but a bit of action at a distance,
A bit of foam shining inside a glass;
Since trees are nothing but moving trees;
Nothing but chairs and tables in perpetual motion;
Since we ourselves are nothing but beings
(As the godhead itself is nothing but God);
Now that we do not speak solely to be heard
But so that others may speak
And the echo precede the voice that produces it;
Since we do not even have the consolation of a chaos
In the garden that yawns and fills with air,
A puzzle that we must solve before our death
So that we may nonchalantly resuscitate later on
When we have led woman to excess;
Since there is also a heaven in hell,
Permit me to propose a few things

I wish to make a noise with my feet
I want my soul to find its proper body.

***

Nicanor Parra (1914-2018)Poemas y antipoemas (Santiago, Nascimento,1954) – Traduit de l’espagnol par Stéphane ChaumetAntipoems: New and Selected (edited by David Unger) (New Directions, 1985) – Translated by William Carlos Williams.

~ par schabrieres sur juillet 23, 2019.

3 Réponses to “Nicanor Parra – Solo de piano”

  1. […] Ici : Je viens de découvrir la poésie de Nicanor Parra  « antipoète » chilien 1914/2018 Ici j’ai essayé de découvrir l’homme… J’aime sa notion d’antipoésie… « Pendant un demi-siècle, la poésie a été la parodie de l’idiotie solennelle jusqu’à ce que j’arrive et que je m’installe avec ma montagne russe » Nicanor Parra Alejandro Jodorowsky artiste franco-chilien (né en février 29) évoque Nicanor Parra dans son roman autobiographique : « La danse de la réalité » « Dans ces années-là, Pablo Néruda se présentait comme le plus grand poète, mais moi, comme la plupart des jeunes, par esprit de contradiction, je refusais d’être son disciple fanatique. Brusquement surgit un nouveau poète, Nicanor Parra qui, se rebellant contre ce génie si viscéral et si engagé politiquement, publia des vers intelligents, humoristiques, différents de tout ce qu’on connaissait et qu’il baptisa du nom d’antipoème. Mon enthousiasme fut délirant. Enfin un auteur descendu de l’Olympe romantique pour parler de ses angoisses quotidiennes, de ses névroses, de ses échecs sentimentaux… » Et moi ici je vais parodier Nicanor Parra et je vais vous dire:   […]

    Aimé par 1 personne

  2. Merci Schabrieres d’être passé chez moi et d’avoir déposé ici le lien pour aller lire mon article complet écrit après la lecture de votre page.
    J’aime que les mots sautent ainsi de main en main , petits boomerangs qui font naître la joie en étincelles vives.
    et j’aime aussi votre blog qui m’ouvre des portes inconnues
    oui vraiment merci à vous.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
En toutes lettres

Arts et culture

À mes heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :