Margo Berdeshevsky – Coupé

Soleil cou coupé –Apollinaire

Dans leurs messes basses de jours usés jusqu’à la corde
telle une ceinture boulochée de vieille nonne nudité cachée
sous sa nuit de bure

Devant leurs escargots à l’ail et la bénédiction
d’un après-midi en bord de Seine ––l’une avant
sa nuit dans les bras d’un amant, l’autre sans
rien, sauf Paris…

alors qu’à mi-voix elles parlaient présidents
bidon et catastrophiques, de bombe qui a failli
tuer hier soir, que celle dont l’œil est plus noir
voulait que l’autre lise les Naufragés et les Rescapés

de Primo Levi–– alors que l’une et l’autre savaient bien
que c’était un de ces mardis, de ces novembre à prendre
ou à laisser sinon cet après-midi
la semaine prochaine

Alors que l’œil-plus-clair évitait une abeille
sur son visage et que l’autre la chassait d’une taloche,
que l’une et l’autre se rencognaient devant l’aiguillon, l’une
a levé son verre de vin vide qui savait attraper

une abeille en plein vol et l’asphyxier, l’a coincée
entre nappe et cloche, et elles de rester là sourdes
aux bêlements de la bestiole qui agitait ses pattes
maigrichonnes, se retournait et roulait sur

son corps doré tandis que continuaient les messes basses
sur les fins du monde, jusqu’à que celle qui ne cessait
de la regarder mourir sans avoir piqué, n’en pouvant plus
de son agonie, ait fait glisser verre et prisonnière

jusqu’au bord de la table fait acte de contrition
fait basculer le verre et tomber l’abeille délivrée dans
les éclats par terre sous l’œil du garçon
qui applaudit––

*

Cut

Soleil cou coupé —Apollinaire

While they whispered of frayed days like knots
on an old nun’s robe-tie, her nakedness hidden
under dark cloth

While they lunched on garlic snails blessed
one afternoon by the Seine— one
with a lover’s arms to bed in that night, one
with none, but Paris…

While they whispered sham & disaster of
presidents, the bomb that almost but
didn’t kill last night the darker-eyed of the two
begged the other read Levis “The Drowned

and the Saved” — while each knew it
was such a Tuesday, such a November to
choose or not to if not this afternoon
next week

While the lighter-eyed one swerved a bee from
her face and the other swatted it from hers until
each cringed to not be stung, one
lifted her empty wine glass knowing how to

capture a bee in flight & stifle, trapped it
between tablecloth & overturned bell jar, it
bleated they didn’t hear its cry inside, it kicked
thin legs & turned over & turned over its

gold body while they whispered of ends
of time & one of them kept looking at it dying
not stinging them & when she couldn’t watch
the dying any longer, slid the glass & its capture

toward the table’s edge act of mercy act of shame
& the glass tipped, fell, the bee fell out the slipped
glass shattered & the waiter watched
& he applauded —

***

Margo Berdeshevsky (née à New York)Before the Drought (Glass Lyre Press/2017) – Siècle 21 N° 30, printemps 2017 – Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean Migrenne.

Découvert ici

~ par schabrieres sur août 14, 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

À nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :