Henry David Thoreau – Sic Vita

Je suis une gerbe de vains efforts
Noués au petit bonheur la chance,
Balançant de ci de là
Dont les liens se sont défaits,
Selon moi,
Pour un climat plus doux.

Une botte de violettes sans racines,
Mélangée à de l’oseille,
Ceinte par un brin de paille
Jadis entortillé sur leurs pousses,
Telle est
La loi qui m’attache.

Ce bouquet que le Temps a cueilli
Dans ces beaux Champs élyséens,
Avec de l’herbe et des tiges cassées, en hâte,
C’est la foule bruyante
Qui gaspille
La journée qu’il octroie.

Et je fleuris ici une petite heure, sans être vu,
En puisant dans ma sève,
Sans racine en terre
Pour que mes branches restent vertes,
Mais je me trouve
Dans ce simple récipient.

On a laissé quelques bourgeons sur la tige
Pour singer la vie,
Mais mes enfants ne connaîtront pas,
Avant que le Temps les ait flétris,
Cet ennemi
Dont ils sont pleins.

Je vois désormais que je n’ai pas été cueilli pour rien,
Et mis dans le vase de verre
De la vie tant que je puis survivre,
Avant d’être transporté par une main bienveillante,
Vivante,
En terre étrangère.

Cette souche ainsi dispersée rachètera ses heures.
Et au terme d’une autre année,
Comme Dieu le sait, à l’air libre,
Donnera plus de fruits et
De jolies fleurs,
Pendant que je me fane ici.

*

Sic Vita

I am a parcel of vain strivings tied
By a chance bond together,
Dangling this way and that, their links
Were made so loose and wide,
Methinks,
For milder weather.

A bunch of violets without their roots,
And sorrel intermixed,
Encircled by a wisp of straw
Once coiled about their shoots,
The law
By which I’m fixed.

A nosegay which Time clutched from out
Those fair Elysian fields,
With weeds and broken stems, in haste,
Doth make the rabble rout
That waste
The day he yields.

And here I bloom for a short hour unseen,
Drinking my juices up,
With no root in the land
To keep my branches green,
But stand
In a bare cup.

Some tender buds were left upon my stem
In mimicry of life,
But ah! the children will not know,
Till time has withered them,
The woe
With which they’re rife.

But now I see I was not plucked for nought,
And after in life’s vase
Of glass set while I might survive,
But by a kind hand brought
Alive
To a strange place.

That stock thus thinned will soon redeem its hours,
And by another year,
Such as God knows, with freer air,
More fruits and fairer flowers
Will bear,
While I droop here.
***

Henry David Thoreau (1817-1862)A Week on the Concord and Merrimack Rivers (1849) – Sept jours sur le fleuve (Fayard, 2012) – Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Thierry Gillyboeuf.

~ par schabrieres sur septembre 26, 2019.

Une Réponse to “Henry David Thoreau – Sic Vita”

  1. J’adore ! Merci pour cette belle découverte.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

À nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :