Clément Pansaers – L’apologie de la paresse

VIV

Le merle moud une valse lente, cadence le pas
de l’immolé à la magnificence qui s’emmène…
… Échine en serpe…
… Voici le hamac aux mollesses d’aisance.
Viens flotter dans le fluide,
qui roucoule.
Les chatons aux arbres gazouillent.
L’herbe bourdonne. L’espace hennit…
Paresse ! Paresse !

… Canicule !
Le lait tourne en fromage
Esclave écrasé sous la crainte.
Mais la rouille recuite donne luisances d’huile.
Et tu seras une belle bête, souple et féline.

… Ton ventre est vide ?
-— Catafalque calfeutré !
Pourquoi ne pas guider ta faim.
Ta main droite est une fourche,
ta gauche une serre.
Et tu n’est même pas rapace.
… Simple détritus, habillé de haillons de bienséances.
saupoudrés de copeaux de politesses.

… Plèbe ?
Vois, carnassier caduc.
A la prairie, les ruminants bondissent en festons de fête.
Au champ de betteraves.
les vertébrés primates tombent en déconfiture.
Et les épines chantent les funérailles lubriques.

… Esclave ?
Hâve hirsute —
A la prairie,
il Y a des abris et des fontaines.
A midi,
les bœufs sont garés au soleil,
alors qu’au champ, la voix du bâton beugle :
— Crève ! —
Comprends cette antinomie apparente.
— (Le moineau fiente au vol et l’hirondelle happe).
— A la prairie le capital rumine.
Au champ la crapule crève…

… Vivre ?
Ta vieillesse est un crime.
Étends-toi et paresse…
L’espace saigne la misère.
la rajeunit aux frôlements de ses ailes.

… Révolte ?
Ta démarche déhanchée est la révolte du crime, déguisée.
… La vie est lente au chômeur ?
Les chevaux pâturent la prairie.
Il y aura abondance de champignons.

… Quoi ?
Tu es si près de l’idéal de ton ventre
et tu préfères graisser les engrenages.
Il n’y a que le chauffeur qui se crève à l’automobilisme.
Le voyageur fainéante
et jouit du contraste luxurieux :
la lenteur qui dompte la vitesse !

… Paresse !
L’eau est fluide
— La lumière liquide.
Le contraire de la vieille vérité est vrai.

… Viens registre d’erreurs.
Ta pensée est en-dessous de la moyenne.
La joie de vivre tient lieu de pensée.
Tes omoplates sont des timbales.
Ta colonne vertébrale est un violoncelle.
Faisons un peu de musique !

… Bouffon ?
Arlequin, inlassable, bouffonne.
Il a la diarrhée du mensonge.
Et voilà que chaque spectateur
lui apporte une chaise percée…
Et Arlequin, toujours bouffon, sélectionne en souriant —
(la chair choisit dans ce que l’idée apporte).
Et ma malice sombre brille d’ardeur victorieuse.

… Il pleut ?
La terre aussi se fatigue d’un soleil pérennel.
Les alouettes montent et la pluie tombe.
Et la pluie chante la cantate des alouettes.

… Écoute…
Gras grasseyement des grenouilles lubriques
à l’étang
et au-dessus le sanglot de la hulotte.

… Quoi ? Ton encéphale te colle au crâne !
Prends ta tête.
Et secoue — silencieusement.

… Moi, pharmacien ?
Bien secouer.
Le kaléidoscope est édifiant.
Tu y verras la topographie
de tous les tumultes autochtones,
le rêve réalisé
de toutes les tolérances intolérables.

… Boue ?
Épouvantail à la vermine.
Te souviens-tu du goût délicieux de l’anguille,
retirée de la vase de l’étang, —
concentrant les essences aromatiques innombrables de la forêt aux quatre saisons ?
Mais tu pleures la graisse de ton péritoine.
Sache, que les porcs s’allongent dans la boue et s’engraissent.

… Je paresse…
Le fier mutisme indifférent du poisson dans l’eau.
La silencieuse insouciance de l’escargot sous la feuillée.
Je sens les arômes de la miellée…
Les arbres déambulent.
Le soleil broute l’herbe.

… Mystère ?
Musée de Misères —
Les pierres pensent.
Ce que tu n’arrives pas à comprendre !

1917

***

Clément Pansaers (1885-1922)L’apologie de la paresse (Editions Ça Ira !, Anvers, 1921) (Allia, 1986)

~ par schabrieres sur octobre 26, 2019.

Une Réponse to “Clément Pansaers – L’apologie de la paresse”

  1. […] VIV Le merle moud une valse lente, cadence le pas de l’immolé à la magnificence qui s’emmène… … Échine en serpe… … Voici le hamac aux mollesses d’aisance. Viens flotter dans le fluide, qui roucoule. Les chatons aux arbres gazouillent. L’herbe bourdonne. L’espace hennit… Paresse ! Paresse ! … Canicule ! Le lait tourne en… — Read on schabrieres.wordpress.com/2019/10/26/clement-pansaers-lapologie-de-la-paresse/ […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

À nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :