André Laude – Un vent de soleil se lève

à Gérald Bloncourt

Un homme
dans la violence du temps
dans la violence de la mémoire
épine au flanc d’un Christ vaudou

Un homme
de terre et d’eau
de grandes feuilles vertes
et d’oiseaux

plus vastes que toutes
les mers réunies
et la cuite de Baron Bravo.

Un homme qui fait langue
Au pays des Loas
et des longues nuits de tyrans

Un homme jeune coq
de foudre et de roc
frère de ma terre d’Oc

fouilleur de chaque semeur de merde
et de feu
La vie vaut bien qu’on la perde
un soir de pleine lune
de tout bois
au coin d’un bois
alors qu’on traîne la savate
en compagnie
d’un certain André Breton
Sans domicile fixe
et sans vraie profession
sinon celle d’orpailleur
au bord du fleuve
cher à ce vieil Héraclite

Un homme qu’Eros prend au piège
de ses filets bleus
Un homme qui
à l’image du Petit Poucet
sème ses yeux
de braise et de crucifix
le long du chemin
des sans-chemise

Un homme qui torse nu
dans la forge du verbe
chante au milieu des étincelles
comme chante la sentinelle
au rempart des Barbares
pour croire à sa part de ciel

Un homme fou de femmes
fou d’alcools
de peintures pures
Un homme armé
jusqu’aux dents de colère
parce qu’il y a du crime
dans l’air
Un homme peau noire
peau rouge un homme
qui danse avec les lucioles
les fusils des rebelles,
les astres et les poissons
et le pollen

Un homme qui hurle « je hais »
parce qu’il aime
plus que tout
la grande marée noire,
la jeune mariée, l’abeille
le sang dans les veines
de la grande forêt

Un homme très beau
qui vieillit bien
comme le vin et l’espoir
Un homme en guerre
-Guerre de dix mille ans –
Parce que vivre à genoux
n’est pas vivre,
parce que dans son corps à moitié
est tuer l’autre dans le désir

le délire des sens

Un homme en partance
par-delà les « mornes »

Vers le grand large
où gerbent la lune et la baleine

Un homme de ruines
et d’opiniâtres renaissances
aux ongles de glaise
au front creusé
par la fièvre corsaire

Un homme immense
de la rose qui s’acharne
à fleurir parmi nous les morts
mal enterrés
aux quatre coins du pays

Paris, le 16 Février 1991

André Laude (1936-1995)

Découvert ici

~ par schabrieres sur février 1, 2020.

2 Réponses to “André Laude – Un vent de soleil se lève”

  1. Bonsoir, pourriez-vous, s’il vous plaît, me donner la source (datée) de ce poème (livre, revue ou autre).  Avec mes remerciements anticipés Bernard

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

À nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :