José Ensch – Mon hiver est de silence… » Vincent van Gogh, Winter Garden (1884)

Une Réponse to “Vincent van Gogh, Winter Garden (1884)”

  1. Merci pour cette ‘apparition noire’ . .

    Pour vous :

    « Maro han barn ifern ien, Pa ho soign den e tle crena »
    « La mort, le jugement, l’enfer froid,
    quand l’homme y songe, il doit trembler »

    Rumeur sur la mort__

    On frôle doucement le novem hivernal
    Pour conjurer le froid qui se réduit en pause
    A cause de l’Ankou cruel on le suppose
    Il troll le sens humain à ce point cardinal

    Qu’il en devient abject l’artisan infernal
    Quand l’humain décompose à force de surdose
    La frayeur de la mort la funeste névrose
    En 1 flou temporel autour d’elle marginal

    On attend donc la mort des brumes de novembre
    Le glas de la faucille ou les roses en décembre
    Ce monstre sans visage mais surtout sans égard

    Comment se persuader si ce déviant mystère
    Délivrera notre âme en somme -prioriterre-
    La mort avec humour nous prend d’1 seul regard ___

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.