Nedyalko Yordanov – Comme à l’origine…

Nous voici si calmes….. si silencieux
plus de cris, plus de rires

Cabas bien remplis …. mais rues vides
Voilà la peur au visage de vampire

Tout mettre de côté…. longtemps incrédules
On ne s’y attendait guère

Restez chez vous enfermés…. la règle s’impose
Annonçant une perfide guerre

L’Italie est en larmes….. l’enfer de Dante
L’Europe tremble, en feu

Rêvons-nous ?…. le cauchemar est proche
Mon Dieu, je me sens si vieux

Je suis probablement bête, tout ça, n’est-ce pas
Improbable ! …. Je sors sans cache-nez

Ah, voilà, tout n’est pas à l’arrêt
J’entends la cloche du tramway

Le châtaignier a fait le plein de bourgeons
Tout autour des oiseaux piaillent, réunis en joyeuse bande

Ah, voilà ….. un garçon en trottinette se lance
Sans penser à l’amande

Trois fois par jour – annonces de statistiques cruelles
Celles de demain seront pires, on le devine

Les savants cherchent l’antidote… Où ça ?
Aux USA ou bien en Chine ?

Cette vieille illusion se réaliserait-elle, enfin ?
Les hommes = tous frères !

Cela n’était jamais arrivé… tous ensemble
La terre entière

J’ai déjà un pied posé dans l’âge critique
Sans espoir de retour….

Mais je voudrais quand même… vivre
et connaître le futur

Peut-être deviendrions-nous sages ?…
….. peut-être même bons

Exactement tels qu’au tout début Quelqu’un
nous créa à l’unisson

Nedyalko Yordanov

Bulgarie

23 mars 2020

9h

*

КАТО В НАЧАЛОТО

Колко сме кротки….Колко сме тихи…
Няма ни вик, нито смях

Празните улици…Пълните чанти…
Ето Наистина – страх.

Дълго не вярвахме…Не е възможно…
Всичко сега настрана…

Стойте по къщите…Почна и тука…
Тази коварна война.

Плаче Италия…Адът на Данте…
Тръпне Европа ….Кошмар!

Сякаш сънуваме….Страшното идвало…
Господи, колко съм стар!

Колко съм глупав навярно…Не вярвам….
И си излизам навън….

Ето, все пак не е всичко замряло….
Чувам трамвайния звън….

Кестенът вече съвсем е напъпил….
Птички над него цвърчат.

Ето…Момчето си взе тротинетката….
Нищо, че ще го глобят.

Три пъти дневно – жестоки статистики…
Няма надежда за край.

Търсят лекарство…Къде е? В Америка?
По-вероятно в Китай.

Сякаш се сбъдва онази илюзия….
Човек за човека е брат!

Никога, никога не се е случвало….Заедно….
Целият свят….

Влязъл съм вече в опасната възраст….
Връщане няма от там….

Но ми се иска да доживея…
Искам за Утре да знам…

Може би вече ще станем разумни…Може
би даже добри…

Точно такива каквито в началото Някой ни
сътвори….

Недялко Йорданов

23 март 2020г.

9 ч. сутринта

***

Nedyalko Yordanov (né le 18 janvier 1940 à Bourgas, Bulgarie) – Traduit du bulgare par Daniela Pamouktchieva Penndu.

~ par schabrieres sur avril 3, 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Journal de Kafka

Edition critique par Laurent Margantin (2013-2023)

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

À nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

%d blogueurs aiment cette page :