Henri Michaux – La lettre dit encore…

…je vous écris de la Cité du Temps interrompu. La catastrophe lente ne s’achève pas. Notre vie s’écoule, notre vie s’amenuise et nous attendons encore « le moment qui repasse le mur ».
Le vieux différend unit le frère au frère. Dans l’enceinte du froid tout le monde enfermé. Ceux qui possédaient possèdent sans plus posséder. Chacun est pauvre en soi, n’occupant même pas son lit. Souci l’occupe.
Le désordre est partout. Les oreilles sont pour l’unification de l’Univers, mais les bras sont pour tomber dessus et la léthargie pour laisser faire.
Le fer ne pèse plus. Il se rencontre dans la haute atmosphère, solide, rapide, fait au mal. Mais la pensée pèse. Elle n’a jamais tant pesé.
Il a menti le proverbe « Personne n’est blessé deux fois de la même flèche ». Comment ? Pas deux fois. Deux mille fois deux fois et elle blesse encore, toute aiguë. Sous la pensée jamais éteinte, le front brûle. Le baume de l’oubli n’a pu être préparé…
Ceux qui parlent enflent leurs voix, mais ils enflent aussi la vérité. La meute s’est lancée en région étendue. Une meute ne demande qu’à courir, mais qui demande à être traqué ? La meute avec grands aboiements s’est répandue…
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Je vous écris des pays de l’atroce, je vous écris de la Capitale à la foule endormie. On vit en indifférence dans l’horreur. On appelle la fin et vient celle du nivellement… Les formes nobles ne se montrent plus. On voit les cous tendus pour se baisser. La paix a honte…
Sachez-le aussi : Nous n’avons plus nos mots. Ils ont reculé en nous-mêmes. En vérité, elle vit, elle erre parmi nous LA FACE A LA BOUCHE PERDUE.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Parfois, dans un grand bruit, nos maisons à étages de poussière à la rue se déversent. Les fonctionnaires à la course à la mort restent innombrables.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Je m’arrête de vous écrire. Non, n’envoyez pas un préparateur des fêtes. Non, il n’est pas temps encore.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Nous sommes restés assis sur la margelle du puits abandonné. Tout avait couleur de ferraille et de poutre enfumée et couleur de fatigue profonde.
Des triangles d’oiseaux rigides parcouraient le ciel à grand bruit.
Désespoir comme la pluie, et jusques à quand tombera-t-elle ?
Petit vieux vaniteux, voulant régner, laissant tuer, battu content, tenait une poupée.
Le temps s’écoulait, réponse évasive, les années en lanière, entre les doigts des traîtres.
Nous nous sommes regardés en silence.
Nous nous sommes regardés avec le sérieux précoce des enfants d’aveugle.

***

Henri Michaux (1899-1984)Épreuves, exorcismes (Gallimard,1946)

~ par schabrieres sur avril 29, 2020.

4 Réponses to “Henri Michaux – La lettre dit encore…”

  1. Saisissante pertinence de la poésie…

    Aimé par 1 personne

  2. Il y a une photo que j’ai ouverte dans la galerie de Windows live
    Tu tiens 1 verre de champagne dans ta main droite
    C’est 1 hiver d’hier
    Tu portes une chemise en jean
    Tu as le visage baissé
    Tes yeux perdus dans ton monde inaccessible
    Tu as 1 demi-sourire attentif pour celui que tu écoutes
    Tu es à moitié avec lui
    Tu es dans la photo à moitié avec moi juste là ce soir
    Mais tu ne le sauras jamais
    Ni le jour ni l’heure
    Tu ne verras jamais
    Ni mes larmes ni ma désespérance de passage
    Rien ne sera transfusé ni téléporté
    Toi sur la photo
    Tes cheveux qui en disent longs sur ta force mentale
    Moi derrière l’écran
    Mes larmes qui rendent flou l’écran de froide amplitude
    Toi prisonnier de l’image
    Moi prisonnière de ma vie
    Pourquoi ai-je posé les yeux sur toi 1 jour
    Sur la photo de ce jour-là
    IL y a une étrange bosse dans la poche de ta chemise
    Comme si tu y avais inséré 1 énorme secret
    À l’instant où j’ai compris
    J’ai oublié ma peine

    Aimé par 1 personne

  3. […] via Henri Michaux – La lettre dit encore… — BEAUTY WILL SAVE THE WORLD […]

    J'aime

  4. La deuxième guerre mondiale ! Comme quoi, toutes les guerres se ressemblent. Merci pour ce Michaux qui ne laisse jamais froid.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Journal de Kafka

Edition critique par Laurent Margantin (2013-2023)

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Le printemps reviendra, il revient toujours...

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

%d blogueurs aiment cette page :