Régis Duffour – Elle venait d’avoir vingt ans…

Elle venait d’avoir vingt ans
Juliane foudroyée
Par une méningite.
Au crématorium
Pas loin de 300 personnes
Et une atmosphère de deuil,
De tristesse et de stupeur
Palpable
A son âge j’envisageais
Mes funérailles avec
si je peux dire
Un brin d’optimisme
Je dénombrais pas moins de
200 personnes susceptibles
De s’y rendre
La famille au grand complet et
Les amis
Oraison funèbre en tous points
élogieuse
Des larmes et des chuchotements
laudatifs
Ah quel beau caractère ce jeune défunt avait-il!
Lacrimosa – Requiem de Mozart
Ton Koopman à la direction
De l’orchestre philharmonique d’Amsterdam!
Journée de recueillement clôturée
Par une salve de verres de vin
Enquillées en mon honneur!
Ce n’est pas qu’il me tardait d’y passer
Mais l’idée d’une journée pareille
Que j’imaginais ensoleillée
Et qui m’était entièrement consacrée
Ne m’était pas désagréable

A présent mes pronostics
Les plus optimistes
me laissent envisager
Un enterrement drôlement pénible!
Toute une vie est passée
Et ma réputation faite
Il n’y aura pas foule
Derrière le corbillard!
Allez 30 personnes?
Et pas de compliments unanimes
D’évanouissements
Et de veuve éplorée.
Une journée de corvée
Une journée de pesanteur
pluvieuse
Sans grâce
et sans musique
Peut-être quelques
larmes timides
Et à ce jour très hypothétiques
Contiendront-elles, la mine réjouie
De ceux qui penseront
« il est enfin clamsé le vieux cochon! »
Ce qui restera de moi
Y sera indifférent
Ce qui restera de moi
Sera froid, inanimé
les couilles ratatinées
Et sapé comme un prince
Ça oui!
Je me demande quand même
Quelle aura été ma dernière femme ?
Mon dernier film?
Mon dernier livre?
Mon dernier verre ?
Et que mes derniers mots soient
Aussi ironiques et dignes que
« quelle blague!
Je n’ai même pas eu le temps
De beaucoup m’amuser! »!

Tout à l’heure pourtant
Ça fera comme la mort
La feuille blanche
Entêtante
Et inexorablement vierge
Les raillements du merle
L’âme fendue et le corps
Traversé par la rumeur sourde
des inquisiteurs,
Foudroyé et figé même.
Ça fera comme la mort
Cet effondrement sur
La page blanche
Indéfiniment maculée
Du verbe de génies
Que j’ai plagié et contrefait.
Morts assurément eux
Et « travaillés par le ver »
Mais quand même…
Ils ont bien eu droit à
leur clause de postérité cosignée
Par le diable
Ou par des Dieux
Injustes.

Alors c’est bien à moitié vivre
Que d’être mort d’avance
Le coeur battant
Bien inutilement
Sur des chefs d’oeuvres
Inimitables
Pour de beaux visages de femmes
Indifférentes
Et la justice
Qui n’est que le voeu pieu
De quelques esprits décents
Qui bat dans la poitrine
De quelques coeurs naissants
Foutaises! Tout ça fait déjà
comme la mort

Pour un homme
De mon âge et de ma condition
Et sans cynisme aucun
La vie est
Une dérisoire pagode d’argile
Balayée par les vents
On a pris l’habitude de vivre
Même à moitié
Et parfois mieux que ça
d’ailleurs, demain, au moins, à l’aube
J’arracherai
La promesse
D’une éternité diurne
Entre les cuisses de Linda

***

Régis Duffour (né en 1968 à Aureilhan)

~ par schabrieres sur septembre 28, 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Journal de Kafka

Edition critique par Laurent Margantin (2013-2023)

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Le printemps reviendra, il revient toujours...

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

%d blogueurs aiment cette page :