Alexandre Vvedenski – Je voudrais être un animal

Je voudrais être un animal
qui court sur la route bleue,
en se disant crois,
et à l’autre soi-même, attends un peu,
allons avec nous au bois nous promener
et observer des feuilles sans importance.
Je voudrais être une étoile
courant au firmament,
à la recherche d’un nid précis.
Elle trouve soi-même et l’eau déserte sur la terre,
personne n’a entendu dire qu’une étoile grince,
elle est destinée à réconforter les poissons par son silence.
J’ai encore une doléance,
je ne suis pas tapis, ni hortensia.
Je voudrais être un toit
qui s’effrite graduellement,
que la pluie détrempe,
qui ne meurt pas en un instant.
Je n’aime pas être mortel,
je voudrais être précis.
Beaucoup, beaucoup, croyez-le, sont plus chanceux,
particule du jour, unité de la nuit.
Je voudrais être un aigle
qui survole sommets et sommets
et dont l’esprit voit
l’homme examinant un pas.
Vent, asseyons-nous tous deux
sur ce petit caillou de la mort.
Je voudrais être une coupe :
je n’aime pas n’être pas pitié.
Je voudrais être un buisson
qui de feuilles s’est armé.
Il m’est dur d’être avec les minutes,
elles m’ont terriblement embrouillé.
Je suis vraiment outragé
d’être visible en vérité
j’ai encore une doléance,
je ne suis pas tapis, ni hortensia.
Je m’effraie de ne pas bouger
différemment des scarabées, scarabées,
comme les papillons, les voitures de bébé
et comme les scarabées araignées.
Je m’effraie de me déplacer
différemment du ver,
il creuse ses gîtes souterrains
en conversant avec la terre.
Terre comment ça va,
lui dit le ver froid,
mais la terre occupée par les défunts
répond peut-être en ne disant rien,
elle sait que rien ne va.
Il m’est dur d’être avec les minutes,
elles m’ont terriblement embrouillé.
J’ai peur de ne pas être herbe herbe,
j’ai peur de n’être pas bougie.
J’ai peur de n’être pas bougie herbe,
à cela je répondis,
à l’instant les arbres se balancent.
Je tremble car je regarde
deux choses qui se ressemblent
et ne vois pas leur différence,
que chacune vit une fois.
Je tremble car je regarde
deux choses qui se ressemblent
et ne vois pas qu’elles s’efforcent
avec ferveur d’être semblables.
Je vois un monde déformé,
j’entends chuchoter des lyres étouffées,
et prenant le bout d’une lettre
je ramasse le mot armoire,
je mets l’armoire en place
elle est pâte abrupte de substance.
Je n’aime pas devoir périr,
je me plains de n’être pas précis,
beaucoup, beaucoup, croyez-le, sont plus chanceux,
particule du jour, unité de la nuit.
J’ai une autre doléance
je ne suis pas tapis ni hortensia.
J’irai au bois avec moi
observer des feuilles de rien,
je suis peiné car sur ces feuilles
je ne verrai pas les mots discrets
qui se nomment hasard, qui se nomment immortalité,
qui se nomment aspects des fondements.
Je voudrais être un aigle
qui survole sommets et sommets,
dont l’esprit voit l’homme penché sur des enjambées.
J’ai peur car tout arrive à se décrépir,
et moi comparé à cela je ne suis pas une rareté.
Vent, asseyons-nous tous deux
sur ce petit caillou de la mort.
Alentour l’herbe pousse comme une bougie
en un instant les arbres ont frémi.
Je voudrais être une semence,
j’ai peur de n’être pas fertilité.
Le ver trouve tout le monde
il porte le son unique.
J’ai peur d’être incertitude,
je voudrais être feu.

1934

***

Alexandre Vvedenski (1904-1941)Poèmes – PO&SIE N°96 (2001) – Traduit du russe par Madeleine Lejeune.

~ par schabrieres sur février 22, 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Journal de Kafka

Edition critique par Laurent Margantin (2013-2023)

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

BIBLIOTECANA

Ana Maria Tomescu

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Le printemps reviendra, il revient toujours...

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

%d blogueurs aiment cette page :