Yves Gosselin – 12 juillet 2021

Il est des jours où la poésie
N’est plus un luxe inouï
Mais un luxe superflu

Nous sommes ce jour

Oui je sais
« Liberté j’écris ton nom… »

Ceci n’est pas un poème

On ne comparera JAMAIS
Le statut des juifs promulgué par Vichy
À la mesure scélérate annoncée par ce psychopathe
Emmanuel Macron
Le 12 juillet 2021
Mais cette dernière mesure liberticide
A les mêmes conséquences sociales :
La ségrégation, l’exclusion, le bannissement,
Ici des personnes non vaccinées
ET LA DÉLATION

Soyez des hommes et des femmes dignes
La poésie vous y aidera
Mais il est des jours
Où il faut dire NON
ET agir en hommes et en femmes libres.

P.-S. Mon père était à Juno Beach le 6 juin 1944 avec les troupes du débarquement. Il a contribué avec d’autres à libérer Caen, le nord de la France, la Belgique, et les Pays-Bas. Il ne s’est pas battu, il n’a pas risqué sa peau pour que le pays des Lumières sombre dans une dictature sanitaire et numérique en juillet 2021 sous le règne d’un comédien raté qui se prend pour Jupiter.

***

Yves Gosselin (né en 1959 à Sherbrooke, Canada)

~ par schabrieres sur juillet 17, 2021.

31 Réponses to “Yves Gosselin – 12 juillet 2021”

  1. S’il y a une dictature, une tyrannie c’est celle des apparences, des faux semblants, chacun avance masqué dans ses habits de lâche , ou de traitre, le système que nous acceptons tous est celui d’un capitalisme sans frein, et nous sommes des victimes consentantes: nous jouons à la démocratie, mais il n’y a plus que vendre/acheter ! Aujourd’hui une tyrannie sanitaire à coup de propagande de la peur, et nous renonçons à la vie.. Demain, ce sera le climat, et nous renoncerons encore .. Nous (humains) nous sommes trompé, parce que nous ne savons pas nous « empêcher « ,… Seule demeure, la poésie, dans les mots, les notes, les scènes de certains films, et ce n’est pas un luxe. Surnageant dans le mensonge, le spectacle, ne reste que la vérité sensible d’un peu de beauté…

    Aimé par 3 personnes

  2. Et qui sont ces « résistants » au vaccin si courageux qu’ils n’hésitent pas à encombrer les urgences… et à continuer à propager le virus ? Des crétins. Heureusement que Macron a pris de fermes décisions á leur égard.

    Aimé par 1 personne

  3. La poésie n’en rend pas moins ignoble la comparaison entre la situation actuelle et celle des Juifs.
    C’est facile de jouer les résistants dans un pays qui a un des système de protection sanitaire et sociale le plus avancé..
    La poésie, comme les propos délirants des antivax, peut être aussi un crachat..

    Aimé par 1 personne

  4. Les excès en tout genre, en acte et en parole sont indignes de notre humanité. Ces derniers mois ont vu la bêtise humaine prendre le pouvoir. Les antivax érigent leurs inepties en bannière et font d’autant plus de bruit qu’ils sont peu nombreux. On les voit partout brandissant leur idéologie nauséabonde.
    Leur égoïsme et leur ignorance, s’étalent. En face de leurs propos inlassablement répétitif, utilisant toujours les mêmes poncifs, la pédagogie est vaine. La science avance mais leur Foi en l’irrationnel est inébranlable.
    La dictature dont on parle ici est une invention, il s’agit d’une lutte contre un ennemi commun qui se fout bien de la politique et n’est tourné que vers sa survie, même si celle-ci entraîne la mort de son porteur. Nous vivons en société et pas sur une île déserte. Il y a des règles pour cela : ne pas passer au feu rouge par exemple. Ne pas contaminer son voisin en est une autre, que chacun peut comprendre aisément. La vaccination est notre seul moyen pour espérer éradiquer ce virus, aucun traitement antiviral n’existe. Il faut s’en remettre à l’immunité de chacun pour le faire disparaître. La peur panique générée par les rumeurs courant sur le net, totalement infondées pour la plupart, nous fait régresser. Que chacun en parle avec son médecin qui lui expliquera ce qu’il en est. Je suis soignante et il y a des règles, comme de nombreux vaccins à avoir lorsqu’on entre en faculté de médecine. celui ci n’est est qu’un de plus. Ne pas contaminer les patients que k’in soigne est le B A BA de notre profession.
    On en est à 3.5 MILLIARDS de doses faites dans le monde, que faut-il de plus aux français pour comprendre qu’il est nécessaire pour arrêter la course du virus et dont ses futures mutations. Le temps nous est compté, il serait utile de faire confiance aux avancées de la science, et de sortir de l’obscurantisme moyenâgeux que l’on voit défiler dans les rues.

    Aimé par 1 personne

  5. Effarante cette hypocrisie de la part d’un poète : rien à voir avec les nazillons porteurs d’étoile jaune et pourtant on défile à leur côté contre le pass vaccinal… As-tu oublié, gentil troubadour canadien, cette règle fondamentale du vivre-ensemble civilisé, qui nous distingue de la loi de la jungle? La liberté de chacun s’arrête là où celle des autres commence. Libre à toi de mourir d’overdose, de te soûler à mort, mais non pas de prendre le volant pour provoquer la mort d’innocents. Libre à toi de refuser les vaccins et le contrôle PCR, mais non pas de choper le virus puis de contaminer des innocents en provoquant leur maladie, leur plongée dans le coma, voire leur mort. Les porteurs d’étoile jaune « fake » se comparent hypocritement aux victimes du terrible génocide, alors que ce sont des meurtriers en puissance… Et trop facile, ô trouvère canadien, de traiter un président démocratiquement élu, et démocratiquement révocable dans les urnes, de psychopathe et de comédien raté. « Regarde-toi dans une glace avant d’injurier ton prochain », disait Pavese, le grand poète italien. Et encore heureux que tu n’aies pas écrit là un poème, comme tu le dis, bien que tu aies tout de même mis en vers ce torchon antivax!

    Aimé par 2 personnes

  6. Tiens, je n’avais pas vu le beau poème d’Alexandre Blok mis en ligne ici il y quelques jours. Et qui fait comme un écho anticipé à la polémique sur le texte de Gosselin… « je veux créer ma propre vie / Et de mes mains la mettre à mort ». Oui-da, sans tuer d’autres vies… Car ceux que le poète aime iront avec lui « voir l’Aurore ». Merci Stéphane.

    Aimé par 1 personne

  7. Heureusement que vous êtes là pour nous dire ce que nous avons à faire ! Mais non seulement vous éructez avec autant de violence que celle qui nous est imposée mais en plus vous additionnez les contre-sens. Ouf, ce n’est pas de la poésie : c’est vous qui le dites.
    Pardon, Stéphane, j’ai hésité à écrire pour ne pas salir votre beau mur d’avantage. Mais, je ne peux me taire devant un tel galimatias.

    J'aime

  8. Le langage humain, quel méchant virus… à quand la pandémie d’aphasie ?

    Aimé par 1 personne

  9. Merci, Stéphane, d’avoir posté ce texte qui appelle un chat un chat (qui dénote avec l’engagement mou du genou des artistes installés dans leur petit confort personnel). Infectés par le virus de la propagande, « les cerveaux disponibles » ne vont pas l’aimer. On oublie vite les énormes mensonges en série et leur attelage criminel qui ont émaillé cette crise, hélas ! Et, après la longue série de mesures hallucinantes et liberticides, de menaces quasiment quotidiennes, l’impasse est devant nous, prêt à nous happer, comme une abysse confectionnée dans un cabinet de conseils en communication.
    Demain, ce sera trop tard, il me semble.
    « Poésie engagée.
    Les mots, plus forts que l’esprit.
    Crier des vérités. » (Jean-Luc Lahure)
    « Être de gauche, de droite ou n’être ni l’un ni l’autre ne sont pas des vertus.
    L’honnêteté est une vertu.
    Le courage est une vertu.
    La justice est une vertu.
    Etc.
    Dès qu’on estime quelqu’un pour ses opinions au lieu de ses vertus, la démocratie dégénère en tyrannie. » (René Chiche)

    J'aime

    • Nota :  » qui détonne  » à la place de  » qui dénote avec l’engagement  » serait mieux.

      J'aime

  10. Après avoir lu un certain nombre de commentaires ineptes, et je pèse ici mes mots – ceux de Janis, de Bernard qui croit faire de l’esprit, et de Massart sont exemplaires à cet égard -, de gens qui dans certains cas sont double vaccinés sans doute et qui peuvent toujours être contaminés et contaminants en dépit des injections qu’ils ont reçus, et qui semblent tout disposés à gober encore les mensonges du pouvoir sur des produits géniques toujours en phase d’essai – on ne parle pas ici de vaccins -, je me dis que nous ne sommes pas sortis de l’auberge !

    Les commentaires négatifs que j’ai pu lire plus haut proviennent visiblement de gens qui n’ont aucune connaissance du dossier sanitaire.

    Et ça tombe bien mal pour eux : j’ai travaillé pour le compte de l’OMS précisément sur les dossiers de santé publique, je connais très bien les sites de pharmacovigilance, et je dis à ces individus, certains sont agressifs, de faire leurs devoirs et de s’informer le plus complètement possible plutôt que d’écrire des inepties. Ces gens sont non seulement ignorants, mais ils font aussi le jeu, par leur attitude hargneuse, de celui qui a créé deux catégories de citoyens en France le 12 juillet dernier.
    En d’autres mots, ces gens ne font qu’ajouter à la haine et à la division !

    Que ceux et celles qui veulent se faire injecter ces produits, toujours en phase expérimentale, le fassent en connaissance de cause, par un choix libre et éclairé !

    Quant à ceux et celles sur ce site qui y vont de commentaires désobligeants à mon égard, qui n’ont aucune connaissance réelle du dossier sanitaire, qui préfèrent le faux sentiment de sécurité que leur procurent ces injections à leur propre liberté, qui trouvent normal l’existence d’un passeport sanitaire qui n’a rien de sanitaire, qui est liberticide et crée deux catégories de citoyens, qu’ils aillent vomir leurs insanités ailleurs ! Ce sont les idiots utiles de cette crise !

    Aimé par 1 personne

  11. Cher Stéphane,

    Je crois que l’on se retrouve sur votre site avec les mêmes proportions que dans la population générale pendant cette crise :
    70 % de gens soumis et ignorants, aux cerveaux lavés, et 20 ou 30 % de gens qui ont conscience de ce qui se passe
    et qui réagissent correctement à la crise sanitaire.
    La poésie ne change rien à l’affaire !

    Je suis découragé par les commentaires de certains zozos.
    Mon texte était une réaction au discours du 12 juillet de Macron.
    Il n’était pas parfait, mais c’était la réaction d’un être humain doté d’une conscience et d’un coeur à une mesure inique.

    Amicalement,
    Yves

    J'aime

    • Ce n’est pas que j’ai mal interprété vos mots, Stéphane Bernard, c’est que vous étiez hors sujet. Vous avez cru être pertinent, votre phrase était bien trouvée, mais là n’est pas la question. À l’heure où j’écris ces lignes, ce n’est pas la poésie de Blok ou de Celan qui m’occupent, mais la vaccination qu’on veut imposer à nos enfants qui me préoccupe. Vous avez compris ?

      J'aime

    • Bonjour Stéphane Bernard,

      Le texte que vous avez publié sur votre blogue, http://unemainestaussiunpoing.blogspot.com/2021/08/positions.html
      est très intéressant et vous honore, mais il souffre d’un handicap majeur : vous n’avez pas suffisamment potassé le sujet et vous coupez inutilement les cheveux en quatre. Il y a aussi un problème de terminologie. On ne parle pas de « vaccins » ici, mais de produits géniques toujours en phase expérimentale, dont l’efficacité a une durée limitée, guère plus grande que le vaccin annuel contre la grippe, et qui n’ont pas été conçus pour lutter contre les variants. En outre, ces produits n’empêchent pas la contamination et ont de nombreux effets secondaires. On dit qu’ils réduisent les cas graves et les hospitalisations, mais en Israël la majorité des patients en réanimation sont double vaccinés, le produit Pfizer qui a été administré à la population israélienne et aux populations concernées dans les autres pays n’étant pas conçu spécifiquement pour lutter contre le variant delta… Et comme de nouveaux variants apparaissent tous les trois mois…
      Bref, ces produits conçus dans l’urgence et bénéficiant d’une autorisation de mise en marché conditionnelle délivrée en urgence auraient dû être réservés en urgence uniquement aux personnes âgées et souffrant de comorbidités, susceptibles de développer des formes graves de la maladie, et en l’absence d’autres traitements. Point ! Dans l’écrasante majorité des cas, 99,7 %, le système immunitaire fait le travail : le covid-19 n’étant pas une maladie très létale, les personnes en bonne santé se rétablissent complètement après quelques jours d’isolement et de repos
      Nous ne sommes pas les cobayes de Pfizer et Moderna. Nous n’avons pas à être les sujets d’une expérience médicale !
      Des traitements existent aussi, mais nous n’aborderons pas la question ici, car les gardiens de la bien-pensance vont immédiatement me taxer d’être un vilain complotiste.
      Ne pas avoir de formation scientifique n’est pas une excuse, Stéphane. Vous êtes intelligent, renseignez-vous ! Possédez votre sujet à fond ou renoncez !
      « Ces vaccins sont primordiaux », écrivez-vous. Primordiaux pour qui ? Certainement pas pour l’écrasante majorité de la population qui n’a absolument pas besoin de se faire injecter de tels produits. Ces « vaccins », comme vous les qualifiez, sont surtout « primordiaux » pour les actionnaires de Pfizer et Moderna qui engrangent des bénéfices records ces temps-ci, puisque à leur avis il faudra bientôt que les personnes âgées et fragiles reçoivent une troisième dose, puis une quatrième, et une cinquième, et pourquoi pas une sixième dose de leurs produits ! Joli système, n’est-ce pas ? Un abonnement à vie, en somme ! À croire que les entreprises pharmaceutiques le font exprès et conçoivent des produits à l’obsolescence programmée !
      ll ne s’agit pas d’opposer vaccinés et non vaccinés, vous avez raison. Opposition, qui arrange le pouvoir, comme on peut le constater sous Jupiter. Mais pas la peine de nuancer à l’infini comme vous le faites. Il suffit que ces deux groupes se retrouvent dans la rue et manifestent ensemble pour des valeurs communes : liberté, égalité, fraternité ! En passant, les risques de contamination à l’extérieur sont infimes. Respirez ! Comportez-vous normalement. Ce n’est pas à l’extérieur qu’on se contamine ! Faut-il encore le répéter ?
      On ne retrouvera pas la vie devant, écrivez-vous également. Mais qu’en savez-vous ? On se bat, je me bats, justement pour la retrouver cette vie d’avant contre un ordre hygiéniste imbécile qui tue toute joie de vivre et impose le masque à nos enfants – qui ne sont absolument pas un groupe à risque -, à l’école et dans des lieux de loisir. Les enfants ! Cela justifie déjà amplement que nous luttions !

      Cordialement,
      Yves Gosselin

      J'aime

        • Écoutez, Bernard, je ne joue aucun rôle et je ne suis pas prophète. Il y a des inexactitudes dans votre texte. Certaines de vos affirmations n’ont aucun fondement scientifique, ne tiennent pas debout, c’est tout. Prenez la peine de vous renseigner. Vous écrivez un peu n’importe quoi. Si vous vouliez réagir directement et concrètement à mon texte sur ce site, vous n’aviez qu’à mettre le lien renvoyant à votre blogue au départ, au lieu de vouloir impressionner la galerie avec une phrase suspendue en l’air, qui était à côté de la plaque.
          Ne vous étonnez pas aujourd’hui si une personne qui a une meilleure connaissance du sujet que vous – j’ai travaillé dans le domaine de la santé publique, figurez-vous, pas vous -, rectifie les faits et vous remette à votre place.
          Quant au Xanax, je vous le laisse volontiers. Vous en avez plus besoin que moi.
          Allez respirer un bon coup dehors, vous vivez à St-Nazaire je crois, allez respirer l’air du large, et surtout n’oubliez pas de retirer votre masque une fois rendu à destination ! Pour l’oxygénation du cerveau, rien de mieux !
          Surtout, choisissez une heure où vous ne risquez pas de croiser quelqu’un. Sur une plage, il y a aussi des risques d’attraper cette saloperie, non ?

          J'aime

  12. Et pour enfoncer le clou, ces mots de Cyril Cohen, directeur du laboratoire d’immunothérapie de l’université de Bar Ilan en Israël, lesquels constituent tout un aveu ! « Nous ne connaissons rien des effets à long terme des « vaccins » arn ». Si vous avez bien compris, je m’adresse ici à ceux qui ont accepté de se faire injecter ces produits géniques : vous aurez servi de cobayes pour « lutter » contre une maladie qui tue 0,3 % de ceux qui en sont atteints. De cobayes tout simplement ! Avant de balancer vos commentaires irréfléchis sur ce site, de vous en prendre aux antivax, qui souvent n’en sont pas, ces derniers tout simplement ne confondent pas produits géniques et vaccins, ayez en main toutes les informations pertinentes. Pour plusieurs, malheureusement, le réveil sera extrêmement brutal !

    J'aime

  13. Je viens ici pour lire des poèmes, ce texte est hors sujet. Vive la poésie.

    Aimé par 1 personne

    • Hé, le mougeon, ce n’est pas à toi de décréter ce qui relève de la poésie et ce qui n’en est pas. Ben oui, « vive la poésie » !

      Aimé par 1 personne

      • « Ceci n’est pas un poème »

        Aimé par 2 personnes

        • Ceci est un poème. Ceci n’est pas un poème.
          Ceci est un dialogue torride sur la banquette arrière
          d’une voiture. Ceci est une prière, un discours. Ceci est…
          Stéphane Chabrières publie ce qu’il veut sur son site.
          Personne ne lui met le couteau sous la gorge.
          Ce n’est pas vous qui décidez ici du contenu éditorial, mais lui.
          Si un texte ne vous plaît pas, vous en lisez un autre.

          Aimé par 2 personnes

    • 🙂

      J'aime

    • Oui, vive la poésie, et vive la libre expression de la poésie. La poésie militante a toujours existé, de grands poètes l’ont servie. Donc, s’exprimer librement ici d’abord, être publié sur ce site, commenter (ou pas), mais de grâce ne pas transformer les commentaires en « débat » stérile et crapoteux style réseau social.

      Aimé par 2 personnes

      • Vous remarquerez que je n’ai fait aucun commentaire sur la question du caractère dictatorial des mesures qu’a prise le gouvernement au cours de cette crise sanitaire, j’ai, je le répète, exprimé ma déception que le texte publié soit justement « un élément de débat » alors que comme l’assoiffé va à la source je venais chercher ici ce que je trouve quasi quotidiennement depuis plus de 7 ans, de la poésie. Certains y ont vu un reproche, voir même une menace (un couteau sous la gorge), c’est dire ce que l’angoisse peut entraîner de confusion, plus précisément, de paranoïa. Sinon pour le débat, je suis pour, à fond la caisse et celui que j’ai lu ici était, certes, parfois un peu passionné, mais n’était pas sans arguments, qui par ailleurs étaient clairement énoncés, aussi il n’était pas stérile.

        J'aime

  14. S’exprimer librement sur ce site, mais surtout surtout s’exprimer dans la section « commentaire » selon le code de conduite de madame Michèle Girardin-Morel, ma chère, et selon sa conception du débat. Plein le dos de cette petite police de la pensée sur la Toile, de cette flicaille qui vous dit comment, quoi écrire, et sur quel ton. Tu es sur un réseau social ici, ne t’en déplaise, ce site de poésie met en lien, en réseau, des individus qu’il réunit autour d’un intérêt commun. Il répond à la définition du réseau social. Si j’étais plus rude, j’utiliserais les trois mots en usage chez nos amis anglophones pour dire à l’intéressée d’aller se faire voir !

    J'aime

  15. Tu n’as rien compris à mon commentaire, Vincent. J’ai écrit que personne ne mettait le couteau sous la gorge de Stéphane Chabrières pour publier ce qu’il publie sur son site. En d’autres mots, si on lui propose un texte, libre à lui de le publier ou non. Mais tu ramènes ma phrase à ta personne, alors qu’il n’est pas du tout question de toi !

    J'aime

  16. « La décapitation, le meurtre de Samuel Paty est absolument inacceptable et injustifiable. Et nous nous joignons à tout le monde en condamnant cet acte et en restant solidaires avec nos amis et alliés en France. » « Mais en même temps, nous sommes aussi dans une situation où les tensions s’enflamment à la rhétorique, et nous nous devons d’être à l’écoute et de travailler dans le calme pour empêcher un accroissement des tensions dans le monde. »

    a déclaré celui que le Canada est en train de réélire pour la troisième fois, onze jours après (il devait être en vacances dans sa cabane pendant tout ce temps) l’assassinat de Samuel Paty, justifiant à demi-mots le barbarie. C’est cela qui mérite un brûlot pas une mesure de santé publique qui protège les plus faibles sans mettre les autres en péril.

    J'aime

    • Mon pauvre, il y a une multitude de situations qui doivent être dénoncées, le meurtre de Paty en est une, et le passeport sanitaire en est une autre.

      « Une mesure de santé publique » ? Non, le passeport sanitaire n’a aucun fondement sur le plan sanitaire, il ne protège personne, c’est une façon détournée d’obliger les gens à se faire vacciner, alors que la vaccination n’est toujours pas obligatoire en France, le gouvernement l’avoue lui-même.
      Point !

      Un autre qui gobe tout ce qu’on lui raconte, qui ne réfléchit absolument pas. Affligeant ! J’espère que tu exhibes fièrement ton « passeport pour la liberté ». Tu es privilégié. Tu as un passeport, tu portes un masque, tu respectes les mesures barrières. Tu as un accès contrôlé aux restaurants, bars, lieux de spectacle. Tu es « libre », vraiment « libre ». Mais moins libre qu’un mouton et un pigeon. Tu ne vaux pas plus que du bétail, puisqu’on te traite comme du bétail et que tu acceptes d’être traité comme tel. Comme l’écrivait Cocteau : « Le drame de notre temps, c’est que la bêtise se soit mise à penser. »

      J'aime

  17. Il n’avait jamais vu les traits de son visage,
    Pas plus qu’il ne savait quel ton avait sa voix,
    Alors il a trouvé quelqu’un de bonne foi,
    Pour le lui désigner et exerça sa rage.

    L’autre avait eu le tord de montrer une image,
    Un dessin satirique de son prophète roi,
    Dans le cadre d’un cours sur une grande loi,
    Qui fait qu’à s’exprimer, il n’y a pas outrage.

    L’assaillant sur son cou fit plus qu’un simple trait,
    Puisqu’il trancha le chef, puis transmis son portrait,
    Pour jeter la terreur au-delà de la ville.

    En dépit des couteaux, des fusils, des canons,
    Aux censeurs assassins, Samuel à dit non,
    Comme cet enseignant ne soyons pas serviles.

    J'aime

Commentaires fermés

 
PAGE PAYSAGE

Blog littéraire d'Etienne Ruhaud ISSN 2427-7193

anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Art

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

BIBLIOTECANA

Ana Maria Tomescu

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

"L'écriture, c'est le coeur qui éclate en silence"

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature Portes Ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

%d blogueurs aiment cette page :