Hermann Hesse – Toutes les morts

J’ai enduré toutes les morts
Et toutes je veux encore les endurer ;
Je veux mourir comme la branche sur l’arbre,
Mourir comme les pierres dans la montagne.
Mort du grès redevenu sable,
Mort de l’herbe sèche d’été qui craque,
Mort pitoyable, sanglante des hommes.

Je veux renaître et devenir fleur,
Renaître et devenir arbre, herbe,
Poisson, cerf, oiseau et papillon.
L’impatience me fera quitter
Chaque forme et je gravirai les marches
Menant aux ultimes souffrances,
Aux ultimes souffrances des hommes.

Oh, arc tendu, je te vois frémir
Lorsque les poings furieux du désir
Veulent recourber l’un vers l’autre
Les deux pôles de l’existence !
Souvent encore et sans relâche,
Tu me mèneras de la mort à la vie,
Chemin cruel des métamorphoses,
Chemin splendide des métamorphoses.

*

Alle Tode

Alle Tode bin ich schon gestorben,
Alle Tode will ich wieder sterben,
Sterben den holzernen Tod im Baum,
Sterben ben steinernen Tod im Berg,
Irdenen Tod im Sand,
Blatternen Tod im knisternden Sommergras
Ud denm armen, blutigen Menschentod.

Blume will ich wieder geboren werden,
Baum und Gras will ich geboren werden,
Fisch und Hirsch, Vogel und Schmetterling.
Und aus jeder Gestalt
Wird mich Sehnsucht reissen die Stufen
Zu dem letzten Leiden,
Zu den Leiden des Menschen hinan.

O zitternd gespannter Bogen,
Wenn der Sehnsucht rasende Faust
Beide Pole des Lebens
Zueinander zu biegen verlangst!
Oft noch und oftmals wieder
Wirst du mich jagen von Tod zu Geburt,
Der Gestaltungen schmerzvolle Bahn,
Der Gestaltlungen herrliche Bahn.

*

All Deaths

I’ve already died all deaths,
I’m going to die all deaths again,
Die the wooden death in the tree,
Die the stone death in the mountain,
The earthen death in the sand,
The peeling death in the crackling summer grass,
And the poor bloody human death.

I want to be born again as a flower,
I want to be born again as a tree, as grass,
Fish and deer, bird and butterfly,
And from every shape
Longing will drag me up the stairs
To the last suffering,
Up to the sufferings of mankind.

Oh, trembling tense bow,
When the furious fist of longing
Orders both poles of life
To bend towards each other!
Often, over and over again,
You will chase me from death to birth
On the painful path of creation,
The magnificent succession of creation.

1921

***

Hermann Hesse (1877-1962)Eloge de la vieillesse (Calmann-Lévy, 2000) – Traduit de l’allemand par Alexandra Cade – Translated from the German by Wally Swist.

~ par schabrieres sur mai 7, 2022.

Une Réponse to “Hermann Hesse – Toutes les morts”

  1. Après Salinas, au tour de Hesse de conclure arc en main. Et leurs deux flèches atteignent parfaitement ma cible.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
PAGE PAYSAGE

Blog littéraire d'Etienne Ruhaud ISSN 2427-7193

anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

ni • ko • ru

Freestyle - inventing it as I do it by merging elements of pragmatism and improvisation.

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

“Nous savons maintenant ce que c'est que la nuit. Ceux qui s'aiment d'amour n'ont qu'elle pour adresse.”

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Australian poetry interviews, fiction I'm reading right now, with a dash of experimental writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature Portes Ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

%d blogueurs aiment cette page :