Lambert Schlechter – Écrire

écrire c’est faire baisser
le niveau de l’encre dans l’encrier

c’est toujours recommencer à écrire
c’est enfin commencer à écrire
c’est définitivement cesser de ne pas écrire

c’est choyer la respiration
échapper à l’étouffement

c’est s’essouffler

c’est dire la même chose matin & soir
c’est larmoyer muet & mutin

c’est flanquer des coups de pied dans la termitière

c’est à l’aveuglette
donner coloris au clapotis des minutes

c’est épuiser le mot mort
(comme si ça pouvait fonctionner)

c’est dire enfin
     ce qu’il fallait dire
c’est dire enfin
     une fois pour toutes

c’est dire il n’y a rien à dire

c’est dire disait desnos tout mais pas plus

c’est dire la vie vite
c’est tout sauf écrire
c’est une autre façon de faire de la menuiserie

écrire c’est écrire: voici le sujet
et débobine la bobine

c’est éjaculer sec

c’est se souvenir des leçons d’ovide & et de pindare

c’est faute de mieux
c’est bonheur lorsque le mot vient

c’est beau comme baiser
c’est horreur vermine & suicide

c’est les sept dernières paroles
sans vinaigre et sans violon

c’est aller comme va le scarabée

c’est l’échapper belle et à l’onction extrême

c’est éventer à tout le monde des trucs de syntaxe intimes
qui n’intéressent personne
sauf l’amante jolie et fraîche et secrète
qui demande: comment es-tu ?

c’est dégueuler le sirop bigot des curés
et réimaginer des religions fraternelles et poétiques
des prophètes souriants
et des saintes sans chasteté

c’est ne pas perdre son temps
avec la Chartreuse de Parme

c’est concocter des clafoutis à la compote séculaire

c’est essayer de ne pas pasticher
la bruyère ou kafka ou pavese

écrire
c’est pour demander: montre-moi tes seins

c’est fredonner c’est chanter
c’est allégresse pour rien et peine perdue

c’est merci à mozart
pour le lacrimosa et le voi che sapete

c’est ne pas encore pourrir
c’est pour rire & pour chialer

c’est pour écouter le grattement de la plume sur le papier
c’est taper dans la poisse des rhétoriques
s’emberlificoter dans les innombrables métaphores
qui tournent autour du pot pour faire joli

c’est s’enrouler dans le cordon ombilical
se mimer foetal

c’est dire & maudire le premier râle
et le dernier vagissement

c’est réinventer La cigale et la fourmi

c’est frétiller têtard
qui n’est que tête & queue

c’est renaître mort-né & papillon

c’est eh bien dansez maintenant la menuet des libellules !

c’est par nuit plusieurs fois et par jour
savoir bergen-belsen à deux pas du parterre
où je viens de semer des tournesols

écrire, c’est
risquer le bouquet pour un brin d’herbe

***

Lambert Schlechter (né en 1941 à Luxembourg)Enculer la camarde (Éditions Phi, 2013)

~ par schabrieres sur août 26, 2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
PAGE PAYSAGE

Blog littéraire d'Etienne Ruhaud ISSN 2427-7193

anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

ni • ko • ru

Freestyle - inventing it as I do it by merging elements of pragmatism and improvisation.

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Du bonheur et rien d'autre !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Australian poetry interviews, fiction I'm reading right now, with a dash of experimental writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature Portes Ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

%d blogueurs aiment cette page :