Robinson Jeffers – Nerfs

Avez-vous remarqué le curieux accroissement de l’exaspération
Des nerfs humains ces dernières années ? Pas seulement en Europe,
Où des raisons existent, mais partout ; une corde ou un filet
Est déployé, une tension plus resserrée ;
Peu d’esprits sont aujourd’hui sains ; presque personne
Ne semble écouter le fracas, écouter…
Et le souhaiter, avec une sorte de furieuse
Sensibilité.
Ou alors est-ce que nous ressentons
Dans l’air une concentration de quelque chose qui haïsse
L’humanité ; et dans l’éclair de la tempête nous nous voyons
Nous-mêmes avec trop de pitié et les autres trop clairement ?
Bon, c’est février, dix-neuf cent trente-neuf.
Nous comptons maintenant les mois ; nous devons compter les jours.
Il semble temps de trouver quelque chose hors de nos
Propres nerfs pour trouver un appui.

*

Nerves

You have noticed the curious increasing exasperation
Of human nerves these late years? Not only in Europe,
Where reasons exist, but universal; a rope or a net
Is being hauled in, a tension screwed tighter;
Few minds now are quite sane; nearly every person
Seems to be listening for a crash, listening…
And wishing for it, with a kind of enraged
Sensibility.
Or is it what we really feel
A gathering in the air of something that hates
Humanity; and in that storm-light see
Ourselves with too much pity and the others too clearly?
Well: this is February, nineteen-three-nine
We count the months now; we shall count the days.
It seems time that we find something outside our
Own nerves to lean on.

***

Robinson Jeffers (1887-1962)Mara ou Tu peux en vouloir au soleil (Unes, 2022) – Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Cédric Barnaud.

~ par schabrieres sur novembre 29, 2022.

4 Réponses to “Robinson Jeffers – Nerfs”

  1. Si sa date de rédaction n’était pas enchâssée dans le poème on pourrait penser que la mort de Jeffers est une fake news et qu’il a écrit ça hier soir.

    Aimé par 3 personnes

  2. Il me semble qu’il y a un contresens dans la traduction de « nearly every person seems to be listening « : « nearly every person », c’est « presque tout le monde », pas « presque personne ».

    Aimé par 1 personne

  3. Pour la traduction, je ne comprenais pas

    Peu d’esprits sont aujourd’hui sains ; presque personne
    Ne semble écouter le fracas, écouter…
    Et le souhaiter, avec une sorte de furieuse
    Sensibilité.

    J’ai utilisé le traducteur Google et il propose cela qui est le contraire de la première traduction et qui est cohérent :

    presque chaque personne
    Semble être à l’écoute d’un crash, à l’écoute…
    Et le souhaitant, avec une sorte de colère
    Sensibilité.

    Aimé par 1 personne

  4. Oui, dans ce passage le traducteur semble s’être emmêlé les pinceaux. C’est pour ça que Stéphane fait bien de toujours publier la v.o. en regard de la traduction.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
PAGE PAYSAGE

Blog littéraire d'Etienne Ruhaud ISSN 2427-7193

anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

ni • ko • ru

Freestyle - inventing it as I do it by merging elements of pragmatism and improvisation.

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Australian poetry interviews, fiction I'm reading right now, with a dash of experimental writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature Portes Ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

%d blogueurs aiment cette page :