Bob Dylan – Sur combien de chemins…

Bob DylanSur combien de chemins faut-il qu’un homme marche
Avant de mériter le nom d’homme ?
Combien de temps tiendra bon la montagne
Avant de s’affaisser dans la mer ?
– La réponse, ami, appartient aux vents ;
La réponse appartient aux vents.

*

How many roads must a man walk down
Before he’s called a man?
How many years can a mountain exist,
Before it’s washed in the sea?
– The answer, my friend, is blowin’in the wind,
The answer is blowin’in the wind.

***

Bob Dylan (né en 1941 à Duluth, Minnesota, États-Unis) – Traduit de l’américain par Marguerite Yourcenar

Je publie ce poème pour rendre hommage à Bob Dylan, à qui vient d’être décerné le prix Nobel de littérature 2016.

Publicités

~ par schabrieres sur octobre 13, 2016.

2 Réponses to “Bob Dylan – Sur combien de chemins…”

  1. An icon !

    J'aime

  2. Hommage aussi ce soir aux infos, une belle nouvelle!

    « Il n’y aurait pas de musique sans les mots »
    « Car le monde et les temps changent »

    Une belle journée aussi pour la poésie.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :