Charles Bukowski – Le coeur riant (The Laughing Heart, 1996)

Ta vie est ta vie
Ne te laisses pas abattre par une soumission moite
Sois à l’affût
Il y a des issues
Il y a de la lumière quelque part
Il y en a peut-être peu
Mais elle bat les ténèbres
Sois à l’affût
Les dieux t’offriront des chances
Reconnais-les
Saisis-les
Tu ne peux battre la mort
Mais tu peux l’abattre dans la vie
Et le plus souvent tu sauras le faire
Le plus il y aura de lumière.
Ta vie, c’est ta vie.
Sache-le tant qu’il est temps
Tu es merveilleux
Les dieux attendent cette lumière en toi.

***

Charles Bukowski (1920-1994)Betting on the muse: Poems & Stories (1996)

Publicités

~ par schabrieres sur mars 27, 2010.

8 Réponses to “Charles Bukowski – Le coeur riant (The Laughing Heart, 1996)”

  1. Merci pour cette lumière !

    J'aime

  2. Merci d’avoir traduit ce poème magnifique . Cependant , je ne crois pas que  » Les dieux attendent la lumière en toi » soit une bonne traduction pour « The gods wait to delight in you » . Ce serait plutôt « les dieux attendent de pouvoir se réjouir en toi » , ou encore  » les dieux attendent de trouver la joie en toi » . To delight signifie se réjouir , apprécier , prendre un grand plaisir . Voilà .

    J'aime

  3. Oui ! Les « Dieux » n’attendent que cela, de se « réjouir en toi » … Mais I) les Dieux « n’attendent  » rien , en vérité . Ils dynamisent tes manifestations /actions des humains (voir cela dans la Mythologie grecque pour comprendre ce que sont « les dieux » !); c’est à soi-même d’être ouvert à leur puissance, sans inter-férer (inter-faire -E dit la Langue des Oiseaux, sans mettre son « grain de sel » personnel (=E). La « Virginité » dit Maître Eckhart, la Vacuité du Bouddhisme… Ces « dieux » , ces Energies vitales, un livre les montre bien en action en nous partout et toujours : l’Univers en Code Barre/ Dodécalogie et Transdisciplinarité ! Enjoy !

    J'aime

  4. Ce poème me fait pleurer, je ne sais pas pourquoi, ou peut-être que si, il me fait pleurer parce qu’il est au delà des brouhaha incessants de nos pensées, ces pensées parasites qui jugent, évaluent, comparent, hiérarchises, les Dieux nous veulent tel que nous sommes. C’est d’une tel évidence, qu’on s’en veut de l’avoir oubliée, cette part divine qui est en nous.

    J'aime

  5. Ce poème a été écrit en 1996? Et l’auteur est mort en 1994?

    J'aime

  6. to delight in = se délecter de

    J'aime

  7. @tomtom : tout les textes d’un auteur ne sont pas forcément publiés lors de son vivant..
    très beau poème sinon, merci.

    J'aime

  8. je trouve ce poème tout simplement MAGNIFIQUE je suis tout a fait d’accord avec l’avis de reinousha les dieux nous ont créé comme ça on ne doit pas changer , j’ai eu des moments difficiles dans ma vie et ce poème je l’ai entendu et ça m’a comme redonné l’envie de me relevé et d’affronter ma situation bref ça, ça m’a fait chaud au coeur voila merci au traducteur.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

%d blogueurs aiment cette page :