Alain Bosquet – Solitude (1974)

Alain BosquetIl parlait aux volcans
et s’entendait avec les fleuves.
Le soir, il tutoyait les astres malheureux.
Il signait des traités :
girafes par ci,
vautours par là.
Il écoutait les doléances du caillou,
et partageait ses souvenirs
avec tant d’horizons déçus !
À force de comprendre
l’azur et la planète,
il s’éloignait de ses semblables.
Hommes très droits, hommes très justes,
apprenez-lui
à être un peu moins seul.

***

Alain Bosquet (1919-1998)Le mot peuple (1974)

Publicités

~ par schabrieres sur février 23, 2016.

5 Réponses to “Alain Bosquet – Solitude (1974)”

  1. « Pour moi, le plus grand supplice serait d’être seul en paradis. »
    Johann Wolfgang von Goethe

    J'aime

  2. encore un hasard extraordinaire je venais de poster ailleurs un message avec plusieurs « images » datant de 1956 et ce mot peuple dénié par les faits

    J'aime

  3. Amoureux de la solitude

    Un jeune coq est heureux dans son poulailler,
    Il a avec une poulette une aventure ;
    Elle se fait renverser par une voiture,
    Sous le regard de son amoureux horrifié.

    « Des flèches de Cupidon, j’en ai plus qu’assez !
    Pour un peu de joie que de souffrances on endure !
    Je vais mettre mon cœur à l’abri des blessures »
    Jure solennellement le gallinacé.

    Aussi décide-t-il de partir de la ferme
    Pour un voyage dont il ignore le terme,
    Espérant juste ne plus rencontrer quelqu’un ;

    Peine perdue car tout en haut d’une colline,
    Une douce douleur traverse sa poitrine :
    De la solitude il a croisé la chemin.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

%d blogueurs aiment cette page :