Jim Harrison – Assurément les poissons n’ont pas inventé l’eau…

Assurément les poissons n’ont pas inventé l’eau
ni les oiseaux, l’air. Les hommes ont bâti des maisons
en partie pour la gêne que leur donnent les étoiles,
et élevé leurs enfants sur des insignifiances,
puisqu’ils ont massacré tout dieu au fond d’eux-mêmes.
L’homme politique sur les marches de l’église croît
dans la grandeur même de cette stupidité,
lampe grillée qui jamais n’imagina soleil.

*

It certainly wasn’t fish who discovered water
or birds the air. Men built houses in part
out of embarrassment by the stars
and raised their children on trivialities
because they had butchered the god within themselves.
The politician standing on the church steps thrives
within the grandeur of this stupidity,
a burnt out lamp who never imagined the sun.

***

Jim Harrison (Grayling, Michigan, 11 décembre 1937 – Patagonia, Arizona, 26 mars 2016)After Ikkyu and Other Poems (Shambhala, 1996) L’éclipse de lune de Davenport et autres poèmes (La Table Ronde, 2016) – Traduit de l’américain par Jean-Luc Piningre.

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur août 10, 2017.

Une Réponse to “Jim Harrison – Assurément les poissons n’ont pas inventé l’eau…”

  1. AU poil! AU CORDEAU§

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

%d blogueurs aiment cette page :