Guillaume Apollinaire – Hôtel (1913)

Ma chambre a la forme d’une cage,
Le soleil passe son bras par la fenêtre.
Mais moi qui veux fumer pour faire des mirages,
J’allume au feu du jour ma cigarette,
Je ne veux pas travailler — je veux fumer.

***

Guillaume Apollinaire (1880-1918) Banalités

Publicités

~ par schabrieres sur septembre 18, 2012.

6 Réponses to “Guillaume Apollinaire – Hôtel (1913)”

  1. Grâce à vous, Je viens de faire le lien entre ce texte et la chanson des Pink Martini « je ne veux pas travailler » Les 2 premiers vers sont repris tels quels et le vers final est transformé en : « je ne veux pas travailler je ne veux pas déjeuner et je fume »
    je vous remercie car je me disais depuis longtemps que le début de la chanson de Pink Martini me rappelait quelque chose !!
    Je suis une fidèle lectrice de votre blog et j’admire votre travail ! Merci encore
    Marie-groëtte

    J'aime

    • Merci.
      Voici un site qui vous en apprendra davantage:
      http://www.clg-leger.ac-aix-marseille.fr/spip/spip.php?article194

      J'aime

    • ce texte a été chanté dans les années 1960 par Joséphine Baker (dcd en 1975). Les pink Martini ont repris exactement les notes et les mesures et sont meme arrivés à changer sur le CD de Joséphine Baker (CD ressorti en 2009) la musique qui est reconnue par schazam comme celle des pink martini!!!!c’est honteux!!!!
      C’est du plagiat pur et simple. J’ai 58 ans et j’ai toujours entendu cette chanson par Josephine Baker!!! rendez à César ce qui appartient à César et dont des copieurs profitent….

      J'aime

  2. Effectivement la chanson de Pink Martini a remis au jour ce court poème de Guillaume Apollinaire. Dans une exécution publique la chanteuse China Forbes, annonce au cours d’une exécution en public de cette chanson que le texte est d’Apollinaire.

    J'aime

  3. […] And here’s the poem by Apollinaire which inspired it: <Cliquer!> […]

    Aimé par 1 personne

  4. […] Orijinal: Guillaume Apollinaire – Hôtel (1913) […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :