René Char – Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud !

Tes dix-huit ans réfractaires à l’amitié, à la malveillance, à la sottise des poètes de Paris ainsi qu’au ronronnement d’abeille stérile de ta famille arden­naise un peu folle, tu as bien fait de les éparpiller aux vents du large, de les jeter sous le couteau de leur précoce guillotine. Tu as eu raison d’abandon­ner le boulevard des paresseux, les estaminets des pisse-lyres, pour l’enfer des bêtes, pour le commerce des rusés et le bonjour des simples.

Cet élan absurde du corps et de l’âme, ce boulet de canon qui atteint sa cible en la faisant éclater, oui, c’est bien là la vie d’un homme! On ne peut pas, au sortir de l’enfance, indéfiniment étrangler son prochain. Si les volcans changent peu de place, leur lave parcourt le grand vide du monde et lui apporte des vertus qui chantent dans ses plaies.

Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud! Nous sommes quelques-uns à croire sans preuve le bonheur possible avec toi.

***

René Char (1907-1988)Fureur et Mystère (1948)

~ par schabrieres sur novembre 1, 2012.

5 Réponses to “René Char – Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud !”

  1. Ce texte est l’une de mes grandes références : quitté la France en 1994, que de choses vues et vécues depuis, sur trois continents… Mais, à la fin, pourquoi ?

    Aimé par 1 personne

  2. La rose est sans pourquoi… Angelus Silesius

    Merci pour ce poème, si sublime et poignant. Ah Rimbaud… parfait damné d’une nuit d’enfer, sans cesse éveillé… (Ô pureté ! Ô pureté ! / C’est cette minute d’éveil qui m’a donné la vision de la pureté !)

    Aimé par 1 personne

  3. Patrick ASPE – Considérons Rimbaud
    Je remonte l’objection. Considérons Rimbaud
    Rimbaud est à voir double
    Une fois poète
    Une fois trafiquant
    Je le verrais poète, car son trafic, sa maladie, son errance ne m’intéressent peu
    aujourd’hui
    Rimbaud échappe à la révélation
    Il est de chaque moment
    Il est incurable.
    Il est vrai il est discrétion
    Il est éclair il est parcours
    Il est promesse il est initiation
    Il est pierre il est cohérence
    Il est indéfiniment il est triomphe
    Rimbaud est un phénomène qui fait que la poésie échappe merveilleusement aux formes
    dérisoires qu’elle a pu emprunter sous la conduite des tyrans…
    Rimbaud libère Rimbaud opère
    Rimbaud aime Rimbaud se bat
    Rimbaud évite Rimbaud s’échappe
    Rimbaud se heurte Rimbaud perd pied
    Rimbaud Londres Rimbaud remonte
    Rimbaud se découvre Rimbaud découvre
    Rimbaud s’affirme Rimbaud indiffère
    Rimbaud aime encore plus, et de plus en plus fort
    Rimbaud saigne Rimbaud ivresse
    Rimbaud voyage Rimbaud paroles
    Rimbaud vie Rimbaud cri
    Rimbaud les mots
    Rimbaud
    Dérisoire firmament où l’enfant savait sa perfection
    Oh ! Doux frère, échappe toi, homme libre, originalité même de ta révélation, fascine toi
    scintillante hypnose de ta voix, et brave l’extrême possession que tu as des mots.
    Rimbaud cesse d’écrire…
    Rimbaud malade
    Rimbaud meurt, éternel phénomène colossal de la poésie t-elle qu’elle doit être,
    t-elle qu’elle doit se faire
    Nous t’avons reçu, n’est pas cela l’essentiel…

    J'aime

  4. Patrick ASPE
    J’ai dix-sept ans et du soleil plein les yeux Patrick ASPE J’ai dix-sept ans et du soleil plein les yeux Le cœur dans les mains l’âme dessinée pour jongler avec le temps passagère des vents illusions des rires graves zigzags éclairés par des lunes funambules demain j’irai à Londres goûter aux ombres des brouillards luisants sur les pavés des boulevards les mots font des guirlandes dans mes songes... «  »Le vent chargé de bruits – la ville n’est pas loin – A des parfums de vigne et des parfums de bière…. » »

    J'aime

  5. A reblogué ceci sur rhizomiques.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

À nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :