Linda Pastan – Ce que nous désirons (What We Want, 1981)

Linda PastanCe que nous désirons
n’est jamais simple.
Nous allons au milieu des choses
que nous pensions désirer :
un visage, une chambre, un livre ouvert
et ces choses portent notre nom-
maintenant ce sont elles qui nous désirent.
Mais ce que nous désirons apparaît
en rêve, sous un masque.
Nous passons en tombant,
les bras tendus,
et le matin
les bras nous font mal.
Nous ne nous souvenons pas du rêve
mais le rêve se souvient de nous.
Il est là toute la journée
comme un animal est là
sous la table,
comme les étoiles sont là
même en plein soleil.

*

What we want
is never simple.
We move among the things
we thought we wanted :
a face, a room, an open book
and these things bear our names-
now they want us.
But what we want appears
In dreams, wearing disguises.
We fall past,
holding out our arms
and in the morning
our arms ache.
We don’t remember the dream,
but the dream remembers us.
It is there all day
as an animal is there
under the table,
as the stars are there
even in full sun.

***

Linda Pastan (née à New York en 1932)Waiting for my Life (1981) – Traduit de l’anglais par Raymond Farina

Publicités

~ par schabrieres sur mai 9, 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :