Francis Royo – La paix trouvée (2016)

La jocondela paix trouvée d’un silence d’amour
je reviendrai
voyageur infatigable
vers la source douloureuse toujours
indivisible
de ton sourire

***

Francis Royo (1947-2016)L’arrache-cœur – samedi 30 janvier 2016

Publicités

~ par schabrieres sur avril 17, 2016.

2 Réponses to “Francis Royo – La paix trouvée (2016)”

  1. Magnifique poème

    J'aime

  2. La machine à laver

    Le linge gît au fond du tambour, temps de l’immobilité et du silence.

    La paix est rompue par l’entrée d’un filet d’eau innondant lentement la cuve. Un discret sifflement l’accompagne. Les vêtements baignent dans le liquide chaud, juste bercés par son flux.

    Soudain le bruyant moteur du lave-linge se met en marche. Le cylindre tourne sur son axe entraînant dans son mouvement les tissus. Dès lors, hormis pendant quelques rares périodes de repos, la matière à laver est entrainée dans un tourbillon qui n’a de cesse de la malmener.

    La violence de l’appareil atteint son apogée dans l’ultime phase du travail. Le bruit devient infernal, la machine vibre de toute part avant qu’enfin, lessivé, son contenu retrouve sa quiétude originelle.

    A la manière de Francis Ponge, Le parti pris des choses.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :