Francis Royo – La paix trouvée (2016)

La jocondela paix trouvée d’un silence d’amour
je reviendrai
voyageur infatigable
vers la source douloureuse toujours
indivisible
de ton sourire

***

Francis Royo (1947-2016)L’arrache-cœur – samedi 30 janvier 2016

Publicités

~ par schabrieres sur avril 17, 2016.

2 Réponses to “Francis Royo – La paix trouvée (2016)”

  1. Magnifique poème

    J'aime

  2. La machine à laver

    Le linge gît au fond du tambour, temps de l’immobilité et du silence.

    La paix est rompue par l’entrée d’un filet d’eau innondant lentement la cuve. Un discret sifflement l’accompagne. Les vêtements baignent dans le liquide chaud, juste bercés par son flux.

    Soudain le bruyant moteur du lave-linge se met en marche. Le cylindre tourne sur son axe entraînant dans son mouvement les tissus. Dès lors, hormis pendant quelques rares périodes de repos, la matière à laver est entrainée dans un tourbillon qui n’a de cesse de la malmener.

    La violence de l’appareil atteint son apogée dans l’ultime phase du travail. Le bruit devient infernal, la machine vibre de toute part avant qu’enfin, lessivé, son contenu retrouve sa quiétude originelle.

    A la manière de Francis Ponge, Le parti pris des choses.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :