Vladimir Maïakovski – Et vous, le pourriez-vous ?

J’ai barbouillé la carte des jours,
d’un verre de rouge l’éclaboussant.
Dans un plat de gelée je laboure
les sillons osseux de l’océan.
J’ai déchiffré les lèvres futures
sur l’écaille d’un poisson de fer.
Et vous,
pourriez-vous jouer
un nocturne
avec une flûte de gouttière ?

*

А вы могли бы?

Я сразу смазал карту будня,
плеснувши краску из стакана;
я показал на блюде студня
косые скулы океана.
На чешуе жестяной рыбы
прочел я зовы новых губ.
А вы
ноктюрн сыграть
могли бы
на флейте водосточных труб?

*

And could you?

Just now I smeared the map of the daily grind,
splashing paint out of a glass;
I revealed the sharp cheek-bones of the ocean
on a platter of jellied meat.
I read the summons of new lips
on the scales of a tin fish.
And you
could you
play a nocturne
on a drain-pipe flute?

1913

***

Vladimir Maïakovski (1893, Baghdati, Russie – 14 avril 1930, Moscou) – Traduit du russe par Henri Abril – From the Futurist collection, The Missal of the Three, published in 1913 – Translated by Jenny Wade

Découvert sur le site de Henri Abril

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur avril 7, 2017.

Une Réponse to “Vladimir Maïakovski – Et vous, le pourriez-vous ?”

  1. Encore une fois, mille merci pour ces magnifiques vers.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :