John Berger – Tempête dans la tête

au centre
des gousses asséchées
qui forment le cerveau
de l’ail
jetées dans le bol
de déchets dans
la cuisine en sous-sol
de la maison de banlieue
l’avertissement d’une pousse verte
suggère férocément
le retour du fils prodigue
le soleil.

*

Brain-Storm

in the centre
of the dried cloves
which form the brain
of the garlic
thrown in the bowl
of oddments in
the basement kitchen
of the suburban home
a premonition of green
ferociously proposes
the sun’s prodigal return.

1982

***

John Berger (1926-2017)Pages of the Wound (Bloomsbury, 1996) – Écrits des blessures (Le Temps des Cerises, 2007) – Traduit de l’anglais par Carlos Laforêt.

Publicités

~ par schabrieres sur janvier 21, 2018.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

%d blogueurs aiment cette page :