Evguéni Baratynski – Ma voix est pauvre et mon talent modeste…

Ma voix est pauvre et mon talent modeste.
Je vis pourtant, et sur la terre ma
Vie sut trouver un être qui l’aima.
Mon descendant saura ce qu’il en reste
Dans mon poème. Alors – qui sait ? – nos coeurs
Trouveront-ils de quoi se correspondre,
Car j’ai trouvé l’amie pour me répondre,
Et l’avenir me garde mon lecteur.

*

Мой дар убог и голос мой не громок,
Но я живу, и на земли моё
Кому-нибудь любезно бытиё:
Его найдёт далёкий мой потомок
В моих стихах: как знать? душа моя
Окажется с душой его в сношеньи,
И как нашёл я друга в поколеньи,
Читателя найду в потомстве я.

*

My talent is pitiful, my voice not loud,
but I am living; somewhere in the world
someone looks kindly on my life; far off
a distant fellow-man will read my words
and find my being; and, who knows, my soul
will raise an echo in his soul, and I
who found a friend in my own time,
will find a reader in posterity.

1828

***

Evguéni Baratynski (1800–1844)Le Soleil d’Alexandre : Le Cercle de Pouchkine 1802-1841 (Actes Sud, 2011) – Traduit du russe par André Markowicz – Yevgeny Baratynsky – Half-light & Other Poems (Arc Publications, 2015) – Translated by Peter France.

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 20, 2018.

2 Réponses to “Evguéni Baratynski – Ma voix est pauvre et mon talent modeste…”

  1. Bonjour et, encore, merci ! Je trouve ceci sur Wikipédia ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Ievgueni_Baratynski ). Erreur ?

    « Sourde est ma voix, et pauvres sont mes dons Mais vivant suis, et sur cette terre mon Être sera à quelqu’un agréable ; Or le trouvera ce lointain rejeton Dans mes vers. Qui sait, si cette âme mienne À son âme, ne tombera accordée ; Si l’ami en ce siècle ai trouvé, Un lecteur trouverai dans la postérité. »

    — Ossip Mandelstam, De la poésie9.

    9.  – ↑ Ossip Mandelstam, De la poésie, traduit du russe par Mayelasveta, Gallimard, coll. « Arcades N°17 », Paris, 1990  (ISBN 2-07-071825-5), p. 58.

    Bien à vous Bernard

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Bernard. Merci à vous. En effet, Mandelstam estimait être le destinataire de ce poème.
      « Sa poésie toute empreinte d’une grande modestie, face au lecteur à venir, se révèle par la fluidité de ses vers, un art soigné du paysage lyrique, ainsi que par la richesse flamboyante de ses images et la vaste ampleur du style méditatif. Il a écrit ce poème, repris par Ossip Mandelstam dans son célèbre article : De l’interlocuteur, où Mandelstam avoue être « le destinataire secret » de ce poème, comme une bouteille cachetée qui renferme le nom et le récit d’une aventure humaine. Subtile interrogation reprise par Paul Celan qui voit la poésie comme un dialogue : « chemin d’une voix en route vers un Toi qui l’écoute ». C’est dire « l’inactualité » de Baratynski. » (extrait du Soleil d’Alexandre).

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
Ana Maria Tomescu

lumină în cana de lut

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

What started as a blog looking at Booker Prize Shortlisted novels since 1969, has morphed into a search for the best writing from the whole planet. Books listed for Awards of various descriptions a forte but not a prerequisite.

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Pierre Vinclair

poésie :: traduction :: critique

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

%d blogueurs aiment cette page :