Ghérasim Luca – Son corps léger (1969)

Ghérasim Luca - CubomanieSon corps léger
est-il la fin du monde?
C’est une erreur
c’est un délice glissant
entre mes lèvres
près de la glace
mais l’autre pensait:
ce n’est qu’une colombe qui respire
quoi qu’il en soit
là où je suis
il se passe quelque chose
dans une position délimitée par l’orage

Près de la glace c’est une erreur
là où je suis ce n’est qu’une colombe
mais l’autre pensait:
il se passe quelque chose
dans une position délimitée
glissant entre mes lèvres
est-ce la fin du monde?
C’est un délice quoi qu’il en soit
son corps léger respire par l’orage

Dans une position délimitée
près de la glace qui respire
son corps léger glissant entre mes lèvres
est-ce la fin du monde?
mais l’autre pensait: c’est un délice
il se passe quelque chose quoi qu’il en soit
par l’orage ce n’est qu’une colombe
là où je suis c’est une erreur

Est-ce la fin du monde qui respire
son corps léger? mais l’autre pensait:
là où je suis près de la glace
c’est un délice dans une position délimitée
quoi qu’il en soit c’est une erreur
il se passe quelque chose par l’orage
ce n’est qu’une colombe
glissant entre mes lèvres

Ce n’est qu’une colombe
dans une position délimitée
là où je suis par l’orage
mais l’autre pensait:
qui respire près de la glace?
est-ce la fin du monde?
quoi qu’il en soit c’est un délice
il se passe quelque chose
c’est une erreur
glissant entre mes lèvres
son corps léger

***

Ghérasim Luca (1913-1994)La Fin Du Monde, in Paralipomènes (1969)

Ghérasim Luca lit « Son corps léger »

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 13, 2009.

8 Réponses to “Ghérasim Luca – Son corps léger (1969)”

  1. Me fait penser à la musique répétititive qui vous englobe et laisse une trace prégnante .. Un poème sensitif et se laisser bercer par son rythme lancinant …..Une étrange saveur s’en dégage alors… Belle et nécessaire rythmique très immatériel malgrè un langage très corporel… Etrange…….

    J'aime

  2. Presqu’à écouter plutôt que lire…………. Hum ! Sensuel..

    J'aime

  3. A lire à voix haute, très troublant.
    Cela semble anodin, et puis cela monte et prend possession, exactement comme lors des glissements de corps… Surprenante adéquation de la forme et du fond.

    Effectivement, cette beauté peut sauver le monde. J’aime beaucoup cette phrase. Car, toujours, la beauté nous montre le chemin, ai-je écrit sur toutes mes pages.

    Merci !

    J'aime

  4. J’oubliais, je tenais à ajouter que je trouve l’image très bien choisie pour accompagner ce texte.

    J'aime

  5. En effet, c’est magique, avec un subtil raffinement technique de Pantoum… Merci.

    J'aime

  6. On peut l’entendre sur
    ttp://www.ubu.com/sound/luca.html

    Cela en vaut la peine!

    Et j’en profite pour corriger l’adresse du site web que j’avais tronqué…

    J'aime

  7. […] https://schabrieres.wordpress.com/2009/11/13/gherasim-luca-son-corps-leger-1969/ […]

    J'aime

  8. […] Sorgente: Ghérasim Luca – Son corps léger (1969) […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :