Marina Tsvétaïeva – Je ne pense pas… (1914)

Marina TsvétaïevaJe ne pense pas, ne me plains pas, ni me dispute,
Ni dors.
Je ne désire ni soleil, ni lune, ni mer,
Ni vaisseau.

Je ne sens pas comme il fait chaud entre ces murs,
Comme le jardin est vert ;
Et ce cadeau, tant désiré, tant attendu –
Je n’attends plus.

Ne me réjouit ni ce matin, ni de ce tram
Le cliquetis joyeux,
Je vis sans voir le jour, en oubliant du siècle
L’année et l’heure.

Comme sur une corde fêlée,
Je danse – petit danseur.
Je suis l’ombre d’une ombre. Je suis lunaire
De deux sombres lunes.

*

I never think or argue, or whine to any one.
I do not sleep.
I strive for neither sea, nor moon, nor sun,
Nor for the ship.

I don’t perceive the warmth indoors or
The greenery of grass.
I don’t await the gift I wished for
To come at last.

Neither the morning nor the streetcar’s call
Delight me as of late.
I live oblivious of time and don’t recall
The century and date.

A little dancer on a slashed rope who’ll collapse,
I fear, too soon,
I am a shadow’s shade, a lunatic, perhaps,
Of two dark moons.

***

Marina Tsvétaïeva (Moscou, Russie 1892-1941)Koktebel, 13 juillet 1914 – Traduit du russe par Pierre Léon et Ève Malleret – Translated by Andrey Kneller

Advertisements

~ par schabrieres sur août 11, 2015.

Une Réponse to “Marina Tsvétaïeva – Je ne pense pas… (1914)”

  1. Elle avait 22 ans quand elle a écrit ce poème il y a 101 ans.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

Christophe Van Rossom

Littérature. Pensée. Esthétique.

%d blogueurs aiment cette page :