Hélène Cadou – Émigrante… (1997)

Hélène CadouÉmigrante
De moi-même
Je cherche
Une impossible demeure

Mon seul bagage
Est ma mémoire
Qui s’allège
Au fil des temps

A terme
il suffira d’une buée
D’une petite chose
Poignante

Comme
Un pan d’écharpe
Sur ton épaule

Pour y loger
Notre amour

Quand la terre
Tombera dans la fosse.

***

Hélène Cadou (1922-2014)Le livre perdu (1997)

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 4, 2015.

8 Réponses to “Hélène Cadou – Émigrante… (1997)”

  1. Je lui ai aussi rendu hommage, dimanche, sur mon blog. Belle coïncidence 😀
    http://ecriturbulente.com/

    Aimé par 1 personne

  2. Cadoux

    Aimé par 1 personne

  3. la chair jusqu’à l’os

    Aimé par 1 personne

  4. amazingly poignant, thank you for this timely poem.

    Aimé par 1 personne

  5. Superbe ! Je ne connaissais pas cette poétesse, merci pour la découverte !

    Aimé par 1 personne

    • C’était la meuf à René, une histoire d’amour extraordinaire et je pèse mes mots. Elle n’a pas écris du vivant de son mari, complexée par la beauté de son écriture, mais elle écrivait avant de le rencontrer, elle n’était alors qu’adolescente et puis donc après, le Dimanche matin selon une personne qui l’a très bien connue et qui s’occupe de la Demeure, la maison que couple occupait à Louisfert.

      Aimé par 2 personnes

  6. Aimé par 1 personne

  7. Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

%d blogueurs aiment cette page :