Yves Bonnefoy – Que ce monde demeure (1999)

Yves BonnefoyEt encore : l’été
N’aura qu’une heure
Mais la nôtre soit vaste
Comme le fleuve.

Car c’est dans le désir
Et non le temps
Qu’a puissance l’oubli
Et que mort travaille,

Et vois, mon sein est nu
Dans la lumière
Dont les peintures sombres, indéchiffrées,
Passent rapides.

*

May This World Endure

And again: the summer
Will last but an hour
But may our hour be
Vast as the river

For it is through desire
And not through time
That oblivion has power
That death does its work

And see! My breast is naked
In the light
Whose dark paintings, undeciphered,
So quickly pass by.

***

Yves Bonnefoy (1923-2016)La pluie d’été (1999) – Translated from the French by Paul Weinfield

Je publie ce poème en hommage à Yves Bonnefoy qui vient de nous quitter le 1er Juillet 2016 à l’âge de 93 ans.

Publicités

~ par schabrieres sur juillet 2, 2016.

3 Réponses to “Yves Bonnefoy – Que ce monde demeure (1999)”

  1. Le Poète meurt mais son chant est immortel 😉
    Merci pour l’hommage .. et je ne le connaissais pas ce poème 🙂

    J'aime

  2. Un grand poète contemporain. Merci
    https://ecriturbulente.com/2016/07/02/yves-bonnefoy-le-chant-de-sauvegarde/

    J'aime

  3. merci d’avoir aimé mon billet.
    Cordialement.
    Roberte

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

%d blogueurs aiment cette page :