Nelly Sachs – Papillon (Schmetterling, 1949)

Nelly Sachs en 1910Quel bel au-delà
est peint dans ta poussière.
À travers le noyau de flammes de la terre,
à travers son écorce de pierre
tu fus offert,
tissage d’adieu à la mesure de l’éphémère.

Papillon,
bonne nuit de tous les êtres!
Les poids de la vie et de la mort
s’abîment avec tes ailes
sur la rose
qui se fane avec la lumière mûrie en ultime retour.

Quel bel au-delà
est peint dans ta poussière.
Quel signe royal
dans le secret des airs.

*

Welch schönes Jenseits
ist in deinen Staub gemalt.
Durch den Flammenkern der Erde,
durch ihre steinerne Schale
wurdest du gereicht,
Abschiedswebe in der Vergänglichkeiten Maß.

Schmetterling
aller Wesen gute Nacht!
Die Gewichte von Leben und Tod
senken sich mit deinen Flügeln
auf die Rose nieder
die mit dem heimwärts reifenden Licht welkt.

Welch schönes Jenseits
ist in deinen Staub gemalt.
Welch Königszeichen
im Geheimnis der Luft.

*

Butterfly

what lovely aftermath
is painted in your dust.
You were led through the flaming
core of earth,
through its stony shell,
webs of farewell in the transient measure.

Butterfly
blessed night of all beings !
The weights of life and death
sink down with your wings
on the rose
which withers with the light ripening homewards.

What lovely aftermath
is painted in your dust.
What royal sign
in the secret of the air.

***

Nelly Sachs (Schöneberg, Allemagne 1891-1970)Éclipse d’étoile (Sternverdunkelung, 1949) – Traduit de l’allemand par Mireille Gansel

Publicités

~ par schabrieres sur juillet 24, 2016.

Une Réponse to “Nelly Sachs – Papillon (Schmetterling, 1949)”

  1. […] [Texte découvert sur le site « Beauty will save the world », voir le lien ci-dessous] https://schabrieres.wordpress.com/2016/07/24/nelly-sachs-papillon-schmetterling-1949/ […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :