Fernando Pessoa – Lorsque reviendra le printemps…

Lorsque reviendra le printemps
peut-être ne me trouvera-t-il plus en ce monde.
J’aimerais maintenant pouvoir croire que le printemps est un être humain
afin de pouvoir supposer qu’il pleurerait
en voyant qu’il a perdu son unique ami.
Mais le printemps n’est même pas une chose : c’est une façon de parler.
Ni les fleurs ne reviennent, ni les feuilles vertes.
Il y a de nouvelles fleurs, de nouvelles feuilles vertes.
Il y a d’autres jours suaves.
Rien ne revient, rien ne se répète, parce que tout est réel.

*

Quando tornar a vir a Primavera
Talvez já não me encontre no mundo.
Gostava agora de poder julgar que a Primavera é gente
Para poder supor que ela choraria,
Vendo que perdera o seu único amigo.
Mas a Primavera nem sequer é uma coisa:
É uma maneira de dizer.
Nem mesmo as flores tornam, ou as folhas verdes.
Há novas flores, novas folhas verdes.
Há outros dias suaves.
Nada torna, nada se repete, porque tudo é real.

7-11-1915

***

Fernando Pessoa (1888-1935) – Poemas de Alberto CaeiroLe Gardeur de troupeaux (Poésie/Gallimard) – Traduit du portugais par Armand Guibert.

~ par schabrieres sur mars 22, 2018.

4 Réponses to “Fernando Pessoa – Lorsque reviendra le printemps…”

  1. Ah on est jamais déçus avec Fernando ! Ce poème me renvoie (bizarrement ou pas) à celui-ci — de Sara Teasdale et connu pour avoir été inséré par Bradbury dans ses Chroniques martiennes :

    IL VIENDRA DES PLUIES DOUCES

    Il viendra des pluies douces et l’odeur de la terre,
    Et des cercles d’hirondelles stridulant dans le ciel,

    Des grenouilles aux mares qui chanteront la nuit
    Et des pruniers sauvages palpitant de blancheur.

    Les rouges-gorges enflant leur plumage de feu
    Siffleront à loisir perchés sur les clôtures.

    Et nul ne saura rien de la guerre qui fait rage
    Nul ne s’inquiétera quand en viendra la fin,

    Nul ne se souciera qu’il soit arbre ou oiseau
    De voir exterminé jusqu’au dernier des hommes

    Et le printemps lui-même en s’éveillant à l’aube
    Ne soupçonnera pas notre éternelle absence.

    Aimé par 1 personne

    • En effet, on n’est jamais déçu avec Fernando, Alberto, Alvaro ou Ricardo.
      Merci Stéphane pour ce superbe poème de Sara Teasdale, dont voici la version originale :

      There will come soft rains and the smell of the ground,
      And swallows circling with their shimmering sound;

      And frogs in the pools singing at night,
      And wild plum trees in tremulous white,

      Robins will wear their feathery fire
      Whistling their whims on a low fence-wire;

      And not one will know of the war, not one
      Will care at last when it is done.

      Not one would mind, neither bird nor tree
      If mankind perished utterly;

      And Spring herself, when she woke at dawn,
      Would scarcely know that we were gone.

      J'aime

  2. merveilleux poème qu’on lit en espérant voir la neige fondre ici au Québec.

    Aimé par 1 personne

    • Oui, Élise, les poètes et la poésie peuvent faire fondre la neige, même celle du Québec.

      « Un seul être
      A fait fondre la neige pure,
      A fait naître des fleurs dans l’herbe
      Et le soleil est délivré. »

      Paul Éluard

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
En toutes lettres

Arts et culture

À mes heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :