Robert Bly – Visite au maître

Je suis le petit-fils de Norvégiens oublieux.
Je suis le neveu de ceux qui volaient les oignons.
Nous sommes tous invités au mariage du criminel.

Chaque fois qu’on ramasse un nid de roitelet tombé
On a un sentiment de désespoir, d’injustice mais on aime
Sentir le léger craquement des coquilles d’oeufs abandonnées.

Boire une goutte d’eau augmente notre soif.
Les films en noir et blanc accroissent notre désir
Que vienne la nuit succédant simplement au jour.

L’antre sombre où nous vivons s’étend très loin
Dans le monde. Il y fait noir. Même Amundsen
Et tous ses chiens n’en trouveraient pas le bout.

Les étoiles se sont couchées si souvent sur les bois
Sans faire venir les Mages que le blaireau
Boit de la tristesse chaque fois que son nez touche l’eau.

Hier soir j’ai amené mon chagrin à mon maître.
Je lui ai demandé ce qu’il pouvait y faire. Il a dit :
Je croyais que tu venais parce que tu m’aimais bien.

*

Visiting the Teacher

I am the grandchild of Norwegian forgetters.
I am a nephew of those who stole the onions.
We are all guests at the criminal’s wedding.

Each time we pick up a fallen wren’s nest,
We sense despair and injustice, but we love to feel
The little crackling of the abandoned eggshells.

To drink a drop of water increases our thirst.
Black and white movies intensify our longing
That night will come and simply take over from day.

The shadowy cave we live in extends far out
Over the world. It’s dark there. Even Amundsen
And all his dogs couldn’t find the end of it.

Stars have set so often in the woods without
Bringing the Magi, that the badger drinks
Sadness each time his nose touches the water.

Last night I brought my grief to my teacher.
I asked him what he could do about it.
He said, “I thought you came because you liked me!”

For Dr. Nurbakhsh

***

Robert Bly (né en 1926 à Lac qui Parle County, Minnesota)My Sentence Was a Thousand Years of Joy (Harper Perennial, 2005) – Po&sie » 2005/4 N° 114 – Traduit de l’anglais par Serge Fauchereau.

~ par schabrieres sur septembre 2, 2018.

Une Réponse to “Robert Bly – Visite au maître”

  1. A reblogué ceci sur L'actualité de Lunesoleilet a ajouté:
    Robert Bly est un auteur, poète, traducteur et activiste du mouvement masculin américain.
    Né le 23 décembre 1926, avec un Soleil 0° Capricorne en conjonction actuellement avec Saturne en phase rétro , une conjonction de la Lune et Neptune rétro l’âme du poète s’exprimant et la Lune noire dans l’axe d’opposition Uranus (axe Vierge/Poissons) un combat pour sortant des sentiers battus …

    Un autre poème qui met en scène les 12 maisons, mais pas dans le sens que l’on devrait l’entendre.
    Peut-on penser que chaque maison en astrologie peut devenir une prison ?
    CONSEIL DONNÉ PAR LES OIES
    Hâte-toi ! Le monde ne va pas s’améliorer ! Là, maintenant,
    Fais ce que tu veux faire : la prologue est fini.
    Bientôt les acteurs entreront en scène avec le cercueil.
    Je ne veux pas t’effrayer mais on ne peut retirer un point
    De ton couvre-pied, à moins d’étudier. Les oies te le diront –
    On entend beaucoup crier avant que l’aube vienne.
    As-tu un ami qui a étudié les prisons ?
    Un ami dit-il : J’aime les douze maisons ?
    À soi seul le mot maisons suggère la prison.
    Il y a tant de souffrance parmi les prisonniers.
    Tant de chagrin dans les cellules. Tant de foudre déchaînée
    Se déverse de ce qui n’est pas né.
    N’attend pas, je te prie, que le prochain Président
    Soit meilleur que celui-ci. À quatre heures
    Du matin il est l’heure de lire Basilide.
    Chaque graine passe bien des nuits dans la terre.
    Robert, tu as toujours été trop serein ; à toi non plus
    Il ne sera pas pardonné si tu refuses d’étudier.
    Robert Bly
    Traduits de l’anglais parSerge Fauchereau

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
À mes heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

< a nu atinge si totusi a iubi >

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

%d blogueurs aiment cette page :