Murielle Compère-Demarcy – Parce que le texte a disparu…

Parce que le texte a disparu
dans la nuit de son blues
Parce que la porte a disparu
son espace comblé par un mur
Parce que Patti Smith
entre à sa place dans ma tête de l’Enfant-
Crâne par la porte des éléphants
passé le jardin zoologique qui pachyderme
dans ma cage à l’aire thoracique
mon sol se dresse armé de ma seule solide structure
Patti Smith me structure en soufflant sa clarinette dos à terre
après avoir secoué goulot sec ma boîte pleine
de métaphores allongées
—Ah son Howl d’Allen Ginsberg !

Le rythme beat me vertige sur la route mon stylographe
gratte le son riff sur la plage
d’insomnie de mes piétinements graphomanes

Émerge du brouillard américain
des totems, des bisons d’Europe déboulés de Berlin
J’ai irrésistiblement faim d’un texte magique
J’ai irrésistiblement envie d’un tournedos sauce morilles,
d’un Jésus lyonnais ou d’une entrecôte sauce saint-Marcellin

Ma plume Plumix gratte la pollution
dans une extinction
de voix qui se transcende
sur son chemin d’encre
Ma plume Plumix gratte la pollution
qui nous taxe qui nous entrave
sa danse du scalp gratte jusqu’à ce que la porte ait disparu
jusqu’à ce que le texte ait disparu
La pollution du nord-est se met à chanter
un air germanique dans un ciel de charbon
hydrophile le monde est un coton noir
dehors, poumons de cendre côté cour
intérieure, le monde tourne
ma peau le retourne, je tournoie dans un déraillement sans fin
serrant ses éclisses en éclats de soleil
comme ma bouche d’ombre serre
les fesses pour ne pas lâcher prise

« Alibi » on chien bleu
de Picardie mange dans la paume de mes larmes
les restes de gourmandise d’une mauvaise conscience

../..

allumée le soir quand les francs contours
de la blanche lumière déclinent

Ma fatigue s’évalue au visage fripé
de ma pomme. Le texte renaît après l’amour
je le sens, le hume, je le renifle
ne m’en pourlèche pas les babines
mais le prends à pleine tête
Je suis une sorte de chienne peut-être
me lèche les blessures
comme pour retrousser mes manches
libre aux entournures

Parce que le texte a disparu
dans la nuit de son blues,
la porte,
son espace comblé par un mur
je décide de reconquérir l’aventure
mon stylo grattant le son d’une guitare dans mon jus
le sang d’encre de mes tripes
Quelque chose de la folie
guette où s’ajustent les élytres
du Cerveau-Cigale de l’Enfant-
Crâne l’univers gratte un fresh air
le soleil une légère brise
caresse ma nuque
Le rêve a l’air marin
il amorce sa tournée
un train en avance sur l’été prochain
Dévotion en main Devotion en flammes
Patti Smith m’entraîne sous son manteau noir
un cadeau d’anniversaire
Le monde bruit d’une cascade de prières
Une frise de wagons liseré de ma boîte noire
m’embarque m’enroule m’enveloppe
La « cent-tonnes » de Cendrars cette fois m’emporte
Paris-Bâle-Tambouctou Paris-Bâle-Tambouctou Paris-Bâle-Tambouc…………..

***

Murielle Compère-Demarcy (née en 1968 à Villiers-le-Bel)Poème inédit

Son blog : Poésie en relectures

Parutions récentes (2018-2019) :

– « L’Oiseau invisible du Temps » aux éditions Henry, coll. « La Main aux poètes »
– « Alchimiste du soleil pulvérisé – Poème pour Antonin Artaud » aux éditions Z4, coll. « La diagonale de l’écrivain »
– « Fenêtre ouverte sur la poésie de Luc Vidal » aux éditions du Petit Véhicule, coll. « La Galerie de l’Or du Temps »
– « Dans les landes de Hurle-Lyre » (à paraître en novembre 2019) aux éditions Tarmac

~ par schabrieres sur juin 28, 2019.

Une Réponse to “Murielle Compère-Demarcy – Parce que le texte a disparu…”

  1. Portrait de Patti Smith par Jacques Cauda

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
En toutes lettres

Arts et culture

À mes heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :