Roberto Juarroz – Lorsque s’éteint la dernière lampe… (1975)

Roberto JuarrozLorsque s’éteint la dernière lampe,
non seulement s’éteint quelque chose de plus grand
que la lumière :
l’ombre s’allume aussi.

Il devrait y avoir néanmoins des lampes
qui serviraient exclusivement
à allumer l’ombre.
N’y a-t-il pas des regards pour ne pas voir,
des vies seulement pour mourir
et des amours qui ne sont faits que pour l’oubli ?

Il est au moins des ténèbres de prédilection
qui méritent leur propre lampe d’obscurité.

*

Cuando se apaga la última lámpara
no sólo se apaga algo mayor que la luz:
también se enciende la sombra.

Debería haber sin embargo lámparas
que sirvieran exclusivamente
para encender la sombra.
¿No hay acaso miradas para no ver,
vidas nada más que para morir
y amores sólo para el olvido?

Hay por lo menos ciertas tinieblas predilectas
que merecen su propia lámpara de oscuridad.

***

Roberto Juarroz (1925-1995)Sexta poesía vertical (1975) – Traduit de l’espagnol (Argentine) par Roger Munier

~ par schabrieres sur juillet 30, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :