Marie-Claire Bancquart – A la révolte, citoyen poète!

Marie-Claire BancquartA la révolte, citoyen poète!

Contre le sabotage du monde
né de haine et guingois
parmi l’univers rond, plissé, froissé, comme on voudra,
va-t-en vers les provisions de bonheur
cachées çà et là, comme l’écureuil fait de sa nourriture.

Saisi par une passée d’hirondelles, un détail de tableau,
fais réserves de garde, de tendresse, et partage.

*

Zeit für den Aufstand, Dichterbürger!

Gegen die Sabotage dieser Welt,
aus Hass geboren, schief
im runden Universum, im faltigen, knittrigen, ganz nach Wunsch,
verschwinde zu den Vorräten des Glücks
die hier und dort versteckt, als sei’s die Nahrung eines Nagetiers.

Beglückt von einem Schwalbenzug, der Einzelheit eines Gemäldes,
leg Vorrat an, sammle Schutz, Zärtlichkeit
und teile.

***

Marie-Claire Bancquart (née en 1932 à Aubin)Violente vie (Le Castor Astral, 2012) – Traduit du français par Odile Kennel

Publicités

~ par schabrieres sur décembre 12, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

%d blogueurs aiment cette page :