Marie-Claire Bancquart – A la révolte, citoyen poète!

Marie-Claire BancquartA la révolte, citoyen poète!

Contre le sabotage du monde
né de haine et guingois
parmi l’univers rond, plissé, froissé, comme on voudra,
va-t-en vers les provisions de bonheur
cachées çà et là, comme l’écureuil fait de sa nourriture.

Saisi par une passée d’hirondelles, un détail de tableau,
fais réserves de garde, de tendresse, et partage.

*

Zeit für den Aufstand, Dichterbürger!

Gegen die Sabotage dieser Welt,
aus Hass geboren, schief
im runden Universum, im faltigen, knittrigen, ganz nach Wunsch,
verschwinde zu den Vorräten des Glücks
die hier und dort versteckt, als sei’s die Nahrung eines Nagetiers.

Beglückt von einem Schwalbenzug, der Einzelheit eines Gemäldes,
leg Vorrat an, sammle Schutz, Zärtlichkeit
und teile.

***

Marie-Claire Bancquart (née en 1932 à Aubin)Violente vie (Le Castor Astral, 2012) – Traduit du français par Odile Kennel

Publicités

~ par schabrieres sur décembre 12, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :