Rasha Omran – Désir

Je veux écrire sur la vie
La vie dans les poumons d’un petit oiseau qui essaie d’entrer par le volet entrouvert et se cogne la tête contre le bois
La vie dans les ailes d’un papillon translucide qui s’approche de la lueur en imaginant que là réside la paix et qui se brûle le bout de l’aile gauche
La vie dans la lenteur d’une fourmi qui marche sur le bord du mur et qui rêve d’un grain de sucre qu’elle trouvera quelque part
Je veux écrire sur la vie
Lorsque je sens, telle une louve prudente, l’odeur de ta peau quand tu m’appelles
Lorsque l’indolence délicieuse grimpe dans mon corps quand j’entends ta voix ou lorsque je célèbre seule tout cet amour dont personne n’est au courant à part moi
Je veux écrire sur la vie
Sur ceux qui déploient leurs rêves et ne s’aperçoivent pas comment leurs dos se courbent quand ils les débarrassent de leurs cailloux et de leur terre
Sur ceux qui portent leurs maisons sur les épaules et s’y abritent à chaque fois que la faux de la mort passe en creusant le chemin autour d’eux
Sur ceux qui scellent l’aigreur de la défaite par le sarcasme comme s’ils dessinaient des yeux ouverts sur les murs de l’Histoire
Je veux écrire sur la vie
Moi dont la vie à rongé les doigts de la main droite comme une souris ronge un jouet en plastique.
Je l’ai regardée faire sans m’en soucier et je lui ai tendu les doigts de gauche sans aucun regret

***

Rasha Omran (1964, Tartous, Syrie)Habiter cette maison (Alidades, 2017) – Traduction : Hala Omran et Wissam Arbache

Publicités

~ par schabrieres sur mai 18, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

Christophe Van Rossom

Littérature. Pensée. Esthétique.

%d blogueurs aiment cette page :