John Berger – Chanson

ta langue
longue comme celle d’un serpent
et non fourchue

ton cou penché
où ils plantèrent
un arbre solitaire

ta peau océan
la goutte qui perle
et le royaume

nos quatre yeux
un foulard noir en soie noué
pour les aveugles

qui vont nous conduire
en riant aux graines
de ce que nous fûmes.

*

Song

your tongue
long as a snake’s
and not forked

your leaning neck
where they planted
a single tree

your skin ocean
glistening drop
and kingdom

our four eyes
a knotted black silk
for the blind

who’ll lead us
laughing to the seed
of what we were.

1996

***

John Berger (Londres 1926-2017)Pages of the Wound (Circle Press, 1994) – Écrits des blessures (Le Temps des Cerises, 2007) – Traduit de l’anglais par Carlos Laforêt.

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 14, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :