John Berger – Chanson

ta langue
longue comme celle d’un serpent
et non fourchue

ton cou penché
où ils plantèrent
un arbre solitaire

ta peau océan
la goutte qui perle
et le royaume

nos quatre yeux
un foulard noir en soie noué
pour les aveugles

qui vont nous conduire
en riant aux graines
de ce que nous fûmes.

*

Song

your tongue
long as a snake’s
and not forked

your leaning neck
where they planted
a single tree

your skin ocean
glistening drop
and kingdom

our four eyes
a knotted black silk
for the blind

who’ll lead us
laughing to the seed
of what we were.

1996

***

John Berger (Londres 1926-2017)Pages of the Wound (Circle Press, 1994) – Écrits des blessures (Le Temps des Cerises, 2007) – Traduit de l’anglais par Carlos Laforêt.

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 14, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :