André Schmitz – L’oiseau brûle… (1991)

•décembre 21, 2014 • 3 commentaires

André SchmitzL’oiseau brûle ses jours par les deux ailes.
Il a eu vent de l’urgence qu’il y avait
à vivre haut et fort. Le vent, il le cisaille
du couteau soyeux de son plumage tendu.

Plus bas, l’enfant dont les jours sont comptés
— on le lui a dit — dessine vite sur le sable
des oiseaux de miséricorde qui le porteront
là-haut avec fièvres et prières dans les plis
du rapace qui aura violemment pris feu.

***

André Schmitz (né en 1929 à Erneuville, Belgique)Les prodiges ordinaires (1991)

Georges Perros – Poème (1967)

•décembre 20, 2014 • 3 commentaires

Georges PerrosJe soutiens
qu’on peut très bien vivre sans rien
pourvu que le matin nous trouve
prêt à reprendre l’aventure
C’est quand on respire en arrière
que le malheur creuse son trou.

***

Georges Perros (1923-1978)Une vie ordinaire (1967)

Jean Mambrino – Respire… (2006)

•décembre 19, 2014 • 8 commentaires

Jean MambrinoRespire l’espace de la nuit
pour approfondir ton désir,
avale avec ce souffle
une goulée d’astres et de constellations,
écrase de tes dents une grappe de galaxies.
Tu es né pour la splendeur,
une autre sorte d’ange. Il est étrange
que tu refuses en toi cet infini.

***

Jean Mambrino (1923-2012)Comme un souffle de rosée bruissant (2006)

Anne Perrier – Comment as-tu pu croire… (1971)

•décembre 17, 2014 • 18 commentaires

 Anne PerrierComment as-tu pu croire
Que le monde se passerait de toi
Hissez tout en haut du mât
Ma peine comme un étendard
Pour ceux qui se noient

***

Anne Perrier (née à Lausanne, Suisse en 1922)Lettres perdues (1971)

à Christovam Pavia
au poète et à l’ami
mort à Lisbonne le 13 octobre 1968

Jules Supervielle – Saisir quand tout me quitte… (1930)

•décembre 16, 2014 • 2 commentaires

Jules SupervielleSaisir quand tout me quitte,
Et avec quelles mains
Saisir cette pensée,
Et avec quelles mains
Saisir enfin le jour
Par la peau de son cou,
Le tenir remuant
Comme un lièvre vivant ?
Viens, sommeil, aide-moi,
Tu saisiras pour moi
Ce que je n’ai pu prendre
Sommeil aux mains plus grandes.

***

Jules Supervielle (1884-1960)Le Forçat innocent (1930)

Jean-Claude Pirotte – Poème (2014)

•décembre 16, 2014 • 3 commentaires

Jean-Claude Pirottec’est la délicate
opération de vivre
sans secours ni remède
et double cependant

apparaître soudain
disparaître aussitôt

ne jamais s’égarer
sous le vent de la course
surveiller le compas
et le sens des dérives

***

Jean-Claude Pirotte (Namur, Belgique 1939-2014) – Une île ici (2014)

Sylviane Dupuis – Le Minotaure intérieur (2000)

•décembre 15, 2014 • 2 commentaires

Sylviane DupuisL’homme incliné
sur son abîme
que sait-il
que sait-il
du péril qui grandit
dans la cage de ses os

au milieu de sa peur
pulsation d’un secret
qui parle

***

Sylviane Dupuis (née en 1956 à Genève, Suisse)Géométrie de l’illimité (2000)

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 369 autres abonnés