Branko Miljković – L’amour de la poésie

J’aime le bonheur qui n’est pas heureux
Le poème qui réconcilie les poèmes fâchés
La liberté qui a ses esclaves
Et la lèvre qui s’achète pour un baiser

J’aime le mot que deux images s’arrachent
Et l’image dessinée sur la paupière de l’intérieur
Les fleurs qui se querellent avec le temps
Au nom des fruits et de l’honneur printanier

J’aime tout ce qui se meut car tout ce qui se meut
Se meut selon les lois de l’immobilité et de la mort
J’aime toutes les vérités qui ne sont pas de rigueur
Car timide est la vérité vraie comme le parfum

J’aime les tendresses d’hier
Dire à mon corps « assez » et rêver des plantes
Des doigts des yeux de l’ouïe autrement disposés
Dans la forêt que dans le corps

***

Branko Miljković (1934-1961) – Traduit du serbe par Zorica Terzić

About these ads

~ par schabrieres le octobre 20, 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 350 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :