Edgar Allan Poe – Seul (Alone, 1830)

Voici ce poème pour célébrer le 200e anniversaire de la naissance de l’écrivain américain Edgar Allan Poe le 19 janvier 1809.

Edgar Allan PoeDepuis ma prime enfance je ne suis pas comme les autres;
Je ne vois pas ce que les autres voient;
Je n’ai pas su tirer mes passions au puits commun.
Ma tristesse ne provient pas de la même source.
Je n’ai pas su éveiller mon coeur à la même joie;
Tout ce que j’ai aimé, je l’ai aimé seul.
Puis, dans mon enfance, à l’aube d’une vie tourmentée,
c’est de chaque profondeur du bien et du mal,
que fut puisé ce mystère qui m’enchaîne toujours.
Du torrent et de la fontaine,
De la falaise rouge de la montagne,
Du soleil qui roulait autour de moi
En son or automnal,
De l’éclair dans les cieux
Qui me frôlait et s’enfuyait,
Du tonnerre et de l’orage,
Et du nuage qui se métamorphosait
(alors que le reste du ciel était bleu)
En démon à mes yeux.

***

Traduction Stéphane Chabrières

Publicités

~ par schabrieres sur janvier 19, 2009.

2 Réponses to “Edgar Allan Poe – Seul (Alone, 1830)”

  1. Belle traduction! Une faute de frappe cependant: « Puis, dans ma enfance »

    J'aime

  2. Salut, en fait c’est correct, comme le « ma » féminin devient « mon » avant un nom commençant par une voyelle. Mais je suis d’accord, c’est une de mes poèmes préférées, à part Le Corbeau. 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

%d blogueurs aiment cette page :